•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux passent à l'attaque et accusent Higgs d'avoir un « plan secret »

Le chef du Parti progressiste-conservateur, Blaine Higgs, lors du lancement de sa plateforme électorale à Moncton.

Le chef du Parti progressiste-conservateur, Blaine Higgs, lors du lancement de sa plateforme électorale à Moncton

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Radio-Canada

L'équipe de Brian Gallant a dévoilé un document qui laisse entendre que Blaine Higgs a déjà envisagé d'éliminer plus de 500 postes d'enseignants et procéder à la fermeture de nombreuses écoles. Blaine Higgs dément fermement ces accusations et accuse Brian Gallant de propos mensongers et de propagande.

Un texte de Catherine Allard

Il s'agit de la première réelle offensive des libéraux depuis le début de la campagne électorale.

Dans un communiqué envoyé aux médias mardi matin, l’équipe du Parti libéral affirme que le chef progressiste-conservateur, Blaine Higgs, a un plan secret prévoyant des coupes en éducation. Ce plan aurait été établi par Blaine Higgs en 2013, alors qu’il était ministre des Finances au sein du gouvernement de David Alward.

Le document, rédigé par la firme de consultants Ernst & Young, propose effectivement d’optimiser les ressources en éducation en éliminant 545 postes d’enseignants et 85 postes de bibliothécaires.

Le document fait également la liste des écoles qui ont un faible ratio d’élèves par enseignant afin d’évaluer les possibilités de fermetures.

Les consultants ont aussi déterminé que des économies pouvaient être faites en réduisant les services offerts aux élèves autistes et en privatisant l’entretien et le transport scolaire, par exemple.

Ces changements auraient permis d’économiser entre 14,2 millions et 22,7 millions de dollars, selon la firme Ernst & Young.

Un plan avorté en 2013

Le gouvernement progressiste-conservateur avait cependant décidé de ne pas mettre en oeuvre ces recommandations à l'époque.

Un an avant les élections provinciales de 2014, dans la dernière année du gouvernement de David Alward, le parti avait annulé des compressions de 32 millions de dollars en éducation. Blaine Higgs avait par la suite affirmé que les élections ne représentaient pas un moment opportun pour de telles compressions.

Toutefois, les libéraux affirment aujourd’hui que ce document prouve que Blaine Higgs a l'intention secrète de procéder à des compressions majeures s’il est élu le 24 septembre.

Blaine Higgs s’est défendu contre cette attaque, lors d’un point de presse à Moncton. Il a affirmé que le premier ministre sortant, Brian Gallant, était malhonnête et manipulateur, lors d'un point de presse devant les journalistes.

Je veux être très clair : ceci est un pur mensonge. Ils veulent vous faire croire que je vais faire des compressions dans les écoles, les hôpitaux ou les services. Rien de cela n’est vrai.

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur du N.-B.

Des compressions faites par les libéraux

Les libéraux ont eux-mêmes adopté une approche plutôt dure en éducation lors du premier mandat de Brian Gallant.

Ils ont éliminé 249 postes d’enseignants durant leur première année au pouvoir, en 2015. Par la suite, ils ont procédé à la fermeture complète de huit écoles, dont trois francophones. En tout, une trentaine d’écoles ont fermé leurs portes pendant le mandat des libéraux, mais la plupart ont été remplacées par de nouvelles écoles.

Le ministre des Finances, Roger Melanson, a aussi modifié une politique sur la fermeture des écoles, qui a mené à l'évaluation d'un plus grand nombre d’établissements.

La politique 409 permet maintenant aux districts scolaires d’évaluer la viabilité d’une école qui vieillit ou qui voit le nombre de ses inscriptions baisser. Depuis ces changements, cette politique force aussi une étude de viabilité pour toutes les écoles de moins de 100 élèves.

Les progressistes-conservateurs ont promis d’éliminer ce seuil de 100 élèves, s’ils sont élus.

Un moment bien choisi

Les libéraux ont envoyé ce document aux médias quelques heures avant que les progressistes-conservateurs divulguent leur plateforme, un moment important dans une campagne électorale, et à la veille du premier débat des chefs, qui sera présenté mercredi soir sur les ondes de CBC.

Un nouveau sondage de la firme Corporate Research Associates (CRA), dévoilé mardi matin, montre également que l'avance des libéraux s'est rétrécie. Avec 45 % des intentions de vote, ils gardent cependant une avance confortable sur les progressistes-conservateurs, qui obtiennent 33 % des intentions de vote.

Ce nouveau sondage de CRA a été réalisé par téléphone entre le 23 août et le 9 septembre, auprès de 519 Néo-Brunswickois âgés de 18 ans et plus. Il a une marge d’erreur de ± 4,3 %, et ce, 19 fois sur 20.

Politique provinciale

Politique