•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lueur d'espoir pour les résidents qui veulent sauver la piscine de Norwood

Plusieurs personnes posent pour une photo, en tenant des pancartes qui disent « I Love Norwood Pool ».

Un groupe de résidents de Norwood, à Winnipeg, étaient à l'hôtel de ville mardi pour demander à l'administration municipale d'envisager l'option de réparer la piscine du quartier.

Photo : Radio-Canada / Camille Gris Roy

Radio-Canada

Lueur d'espoir pour les résidents qui souhaitent sauver la piscine de Norwood, à Winnipeg. Le comité de la protection, des services communautaires et des parcs de la Ville a voté mardi pour qu'il y ait davantage de consultations entre la communauté et l'administration municipale.

Toutes les options pour l'avenir de cette piscine, dont des réparations, devront donc être examinées, et l'administration municipale est invitée à présenter le résultat de ces travaux en janvier.

Un premier rapport présenté devant ce comité préconisait la fermeture des installations pour les remplacer par des jets d'eau, des structures de jeux et un terrain de volleyball de plage, le tout au coût de 1,3 million de dollars.

Monique LaCoste, porte-parole du groupe Sauvons la piscine de Norwood, se réjouit que ce rapport n'ait pas été accepté tel quel et espère encore qu'une solution, qui conviendra à tous, sera trouvée.

« On a eu deux réunions jusqu'à maintenant avec l'administration et le conseiller, rappelle-t-elle. À la fin de la première, on rêvait un peu à des solutions, mais déjà dans la deuxième, il y avait quelques recherches, un petit peu d'ouverture aussi de la part de l'administration. Avec un petit peu plus de recherche et d'efforts, il y a certainement des pistes possibles qui seraient aussi soutenables, qui seraient durables et qui permettraient de réparer la piscine. »

« Évidemment, nous restons ouverts d'esprit, affirme-t-elle, dans la mesure où on est prêts à accepter une piscine légèrement différente de ce qu'on a aujourd'hui. L'important, c'est que ça réponde aux besoins actuels, que ça desserve la communauté tout entière. Une des forces de cette piscine, c'est qu'elle attire vraiment des gens de partout, de tous âges. »

Le conseiller de Saint-Boniface, Mathieu Allard, est également satisfait de la tournure des choses. « Je suis heureux de voir que mes collègues ont vu ce que j'ai vu : un grand appui de la communauté. »

« Si on peut démontrer qu'une réparation serait d'un coût équivalent au remplacement qui avait été suggéré par la Ville de Winnipeg, je pense qu'on a un très bon argument pour réparer et non remplacer la piscine avec autre chose », résume Mathieu Allard.

Politique municipale

Politique