•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coût des Jeux olympiques à Calgary évalué à 5,2 G$

Une fillette apprend à patiner sur la glace de la place olympique à Calgary. Au premier plan, les anneaux olympiques.

Place olympique à Calgary

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Accueillir les Jeux olympiques et paralympiques à Calgary coûterait un total de 5,23 milliards de dollars. De ce montant, les différents ordres de gouvernement devraient couvrir plus de 3 milliards de dollars, selon un rapport dévoilé par le comité d'organisation de la candidature Calgary 2026.

Un texte de Tiphanie Roquette

Il s'agit d'une augmentation par rapport à la précédente évaluation, qui avait été réalisée par le Calgary Bid Exploration Committe (CBEC) et qui prévoyait un coût total de 4,6 milliards de dollars.

L'investissement public en chiffres :

  • Développement urbain (infrastructures sportives et logement) : 1,6 milliard de dollars
  • Services essentiels et sécurité : 910 millions de dollars
  • Imprévus : 120 millions de dollars
  • Fonds d'héritage (pour l'entretien des infrastructures et les programmes sportifs) : 180 millions de dollars
  • Contribution aux Jeux paralympiques : 220 millions de dollars

Total : 3 milliards de dollars

La répartition de cette facture entre les trois ordres de gouvernement n'a pas encore été dévoilée. Le gouvernement fédéral pourrait contribuer jusqu'à la moitié de cette dépense. Le gouvernement provincial a promis de dévoiler sa contribution au moins 30 jours avant le référendum du 13 novembre.

Le reste des coûts, soit 2,23 milliards de dollars, sera couvert par le financement du Comité international olympique (CIO), les commandites et les ventes de billets. Cet argent servira aux frais de fonctionnement de la tenue des Jeux.

À prendre en compte également, le coût est évalué en dollars actuels. Le comité d'organisation prévoit que la facture totale sera plus élevée en 2026, une fois l'inflation prise en compte. Un certain nombre de risques pourrait également faire grimper la facture, notamment une augmentation des coûts de sécurité et une diminution de l'économie.

Retour sur investissement de milliards de dollars

Le plan dévoilé mentionne des bénéfices pour les Calgariens et les Albertains en général. « Les Jeux ne sont pas le but ultime, mais seulement un moyen pour attirer des talents à Calgary », a affirmé la présidente de la société de candidature Calgary 2026, Mary Moran.

Vue sur une femme avec les cheveux courts et blonds. Elle parle devant des journalistes.

Mary Moran, directrice générale de la société de candidature « Calgary 2026 »

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Boissonneault

Mme Moran affirme que, si Calgary renonce à accueillir les Jeux, la Municipalité se privera de milliards de dollars d'investissement. Selon l'estimation du comité de candidature, les Jeux attireront 2,2 milliards de dollars d'investissement privé et 1,5 milliard de financement fédéral.

Les Jeux créeraient 2200 emplois pour la communauté, selon le plan dévoilé.

Au total, chaque dollar investi dans la tenue de ces compétitions sportives en rapporterait 5 à Calgary, à l'Alberta et au pays.

De nouvelles infrastructures sportives

La construction de deux nouvelles infrastructures sportives est prévue dans le plan de candidature. Si Calgary obtient les Jeux, un aréna de 5000 à 6000 sièges sera construit pour accueillir les compétitions de hockey moins importantes. Un nouveau complexe multisports serait le théâtre des compétitions de patinage artistique et de patinage de vitesse sur courte piste, mais serait transformé après les Jeux pour en faire profiter la collectivité.

Le plan de candidature ne prévoit pas la construction d'un nouvel aréna pour remplacer le Saddledome vieillissant, mais il souligne que, si les discussions sur l'établissement d'un complexe sportif et de divertissement (Calgary Sports and Entertainment Complex) aboutissent, cela renforcerait de manière importante le plan d'accueil.

Vue aérienne du Saddledome de Calgary

Le Saddledome de Calgary est l'un des plus vieux amphithéâtres de la Ligue nationale de hockey.

Photo : Radio-Canada

De nombreuses installations des Jeux de 1988 seraient réutilisées, mais nécessiteraient des rénovations. Leur ravalement permettrait de garantir qu'elles demeurent utilisables encore 30 ans.

Si Calgary devient la ville hôtesse des Jeux, certaines compétitions se tiendraient également à Canmore, à Nakiska, dans les montagnes Rocheuses, et à Whistler, en Colombie-Britannique.

La capitale albertaine, Edmonton, ne fait pour l'instant pas partie du plan d'accueil des Jeux de 2026, bien qu'une interrogation demeure sur l'endroit où seraient tenues les compétitions de curling.

Construire des logements abordables

En plus de la construction et de la rénovation de ces infrastructures sportives, le comité d'organisation de la candidature fait valoir les bénéfices sur le plan de logements pour une ville qui manque encore de milliers de logements abordables. Une fois les Jeux terminés, au moins 600 logements abordables seraient ouverts aux Calgariens, et un complexe de 200 résidences serait accessible aux aînés.

Le comité de candidature promet de laisser une grande place à la culture francophone.

Les conseillers municipaux se prononceront mardi sur ce plan. Ils pourraient choisir de mettre fin aux discussions s'ils estiment que ce plan budgétaire ne convient pas à la métropole albertaine.

Les prochaines dates à retenir :

  • 8 et 9 octobre : Le Comité international olympique dévoile les villes autorisées à continuer le processus de candidature.
  • 6 novembre : La Municipalité de Canmore se prononce sur son engagement dans une candidature
  • 13 novembre : Référendum des Calgariens
  • 11 janvier 2019 : Soumission de la candidature au CIO
  • 11 septembre 2019 : Décision finale du CIO

Sports