•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Donner une voix » aux prestataires du revenu minimum garanti par l'image

Une femme assise à côté d'un chien.
La série Humans of Basic Income comprend 65 portraits. Cette femme de Thunder Bay indique qu'elle se sert des prestations pour payer les coûts des soins médicaux de son chien-guide. Photo: Jessie Golem

La série de portraits Humans of Basic Income met en vedette des prestataires ontariens du revenu minimum garanti. La photographe Jessie Golem, de Hamilton, en Ontario, a conçu le projet. Elle dit avoir voulu « donner une voix » aux personnes qui seront touchées par l'annulation du projet pilote par le gouvernement Ford.

En juillet, le gouvernement progressiste-conservateur a annoncé qu’il mettrait fin au programme mis sur pied l’an dernier par le gouvernement libéral de Kathleen Wynne.

Ce dernier comptait évaluer, sur une période de trois ans, l'efficacité d'un tel modèle chez les personnes à faible revenu.

Les 4000 prestataires résident à Thunder Bay, Lindsay, Brantford, Hamilton et dans le comté de Brant.

La formule du programme est telle que les participants touchent une somme annuelle allant jusqu’à 16 989 $ pour les personnes vivant seules et jusqu’à 24 027 $ pour les couples. La moitié de tout salaire perçu est retranchée des prestations et les personnes handicapées reçoivent une somme additionnelle de 500 $ par mois.

Un homme debout à côté d'une statueCet homme, ancien consommateur de drogues, affirme que le revenu minimum garanti l'a aidé à subvenir à ses besoins primaires, alors qu'il tente de ne pas faire de rechute. Photo : Jessie Golem

Mme Golem, qui est elle-même une prestataire, dit avoir lancé le projet après avoir entendu des commentaires très négatifs au sujet des personnes qui participent au programme.

On les appelle des fainéants, on leur dit qu’ils devraient trouver un emploi, qu’ils gaspillent l’argent des contribuables. Je trouve ces commentaires inhumains et je voulais montrer que ces gens emploient cet argent pour retourner à l’école ou pour trouver un meilleur logement. Ce sont des gens qui recherchent une meilleure qualité de vie.

Jessie Golem, photographe établie à Hamilton

Elle ajoute qu'elle a tenu à parcourir les 1500 km qui séparent Hamilton de Thunder Bay pour refléter la diversité des participants au projet.

Une femme devant une vitreCette participante au programme de revenu minimum garanti déclare que les prestations lui ont permis de s'acheter de nouveaux vêtements pour la première fois en 10 ans. Photo : Jessie Golem

La collection de 65 photos sera exposée de jeudi à dimanche au festival Supercrawl, à Hamilton.

Les personnes que je rencontre me disent qu'elles se sentent impuissantes face au gouvernement. J'espère que je leur aurai donné au moins l'occasion de raconter leurs histoires à un grand public, conclut la photographe.

Un homme debout et qui porte une casquette Ce résident de Thunder Bay dit avoir pu atteindre son objectif d'obtenir un diplôme collégial grâce au projet pilote sur le revenu minimum garanti. Photo : Jessie Golem

Le projet pilote prendra fin en mars 2019.

Avec les renseignements de CBC

Pauvreté

Société