•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le greffier ne prend plus de candidatures au poste de conseiller municipal

La façade d'un immeuble.
L'hôtel de ville de Toronto Photo: Radio-Canada / John Rieti/CBC News
CBC News

L'organisme responsable de recevoir des candidatures en vue de l'élection municipale du 22 octobre n'en accepte plus depuis lundi.

Alors que Doug Ford menace d’utiliser la disposition de dérogation pour forcer le conseil municipal à réduire le nombre de membres à 25, le bureau du greffier municipal n'accepte plus les nominations pour ce format, a appris mardi CBC Toronto.

Si le conseil municipal devait avoir 47 membres, comme c’est le cas présentement, la date limite pour soumettre sa candidature a été atteinte le 27 juillet.

Lorsque les élus conservateurs de Queen’s Park ont entériné la loi 5, le 14 août dernier, la Ville avait prolongé la période de mise en candidature jusqu'au 14 septembre. Mais lorsque le juge Belobaba a remis sa décision invalidant la Loi sur l'amélioration des administrations locales (loi 5), le bureau du greffier municipal a cessé d’accepter les nominations.

Doug Ford a affirmé lundi que les élus provinciaux participeraient à une séance spéciale mercredi à Queen’s Park dans le but de soumettre de nouveau au vote la loi controversée et y ajouter la disposition de dérogation.

Plusieurs candidats potentiels ont déjà exprimé leur mécontentement.

Par exemple, Kyle Ashley, qui s’est inscrit lors de la période de mise en candidature d'une possibilité de 47 candidats. Il affirme qu’il avait l’intention de le faire en vue d'une équipe réduite de 25 candidats cette semaine, mais a bien peur de ne plus pouvoir participer.

De son côté, le candidat du conseil, Evan Tummillo, qui se présente dans les deux élections possibles, considère la situation comme aberrante. « Vous ne pouvez pas déplacer la ligne d'arrivée pendant une course. C'est tellement absurde », a-t-il déclaré.

Joe Cressy, qui siège présentement au conseil municipal, a soumis sa candidature pour faire partie d'une équipe de 47 conseillers, mais pas de 25. Il a déclaré qu'il espérait que la législation de mercredi inclurait un autre changement de date.

Politique municipale

Politique