•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À un mois de la légalisation, la Société québécoise du cannabis n'a pas encore formé ses employés

Quelques clients dans un petit commerce, avec un employé derrière un comptoir.
Une image représentant une future succursale de la Société québécoise du cannabis Photo: Société québécoise du cannabis

La Société québécoise du cannabis (SQDC) n'a toujours pas formé les quelque 300 personnes qui seront chargées de vendre la drogue dans ses succursales, selon ce que révèle CBC. Mais l'organisme assure qu'il ne manquera pas de temps.

« On veut que les gens soient formés tout près de l’ouverture de leur magasin pour être frais et dispos et qu’ils aient bien en tête la formation », a indiqué Alain Brunet, responsable de l'implantation de la SQDC.

M. Brunet ajoute que la nouvelle société d'État va ouvrir une douzaine de succursales le 17 octobre, date officielle de la légalisation du cannabis au pays. Le site internet de la SQDC sera aussi lancé la même journée.

Une vingtaine de succursales seront ouvertes d'ici la fin novembre.

Aucun document de formation n'a pu être fourni en réponse à une demande d'accès aux documents formulée par CBC.

Une porte-parole de la Société des alcools du Québec (SAQ) a assuré mardi que les documents de formation étaient prêts, mais qu'ils n'avaient pas encore été approuvés par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)

Quelques sujets abordés dans la formation :

  • Revue des lois et règlements sur le cannabis
  • Vérification de l’âge
  • Que faire si un mineur essaie d’acheter du cannabis?
  • Composants et constituants de la plante
  • Analyse des pesticides et des contaminants
  • Produits du cannabis et mode d’administration
  • Principes de réduction des risques
  • Trouble de l’usage du cannabis
  • Avertissements
  • Cannabis par rapport à l’alcool et autres drogues

Dernière minute

À l’Association pour la santé publique du Québec, on croit qu’il est minuit moins cinq. « Il me semble que le temps commence à filer, on se dit que cette formation-là aurait dû être prête au moins au courant de l'été », indique la chargée de dossier Émilie Dansereau-Trahan.

Mme Dansereau-Trahan rappelle que la mission de la SQDC diffère de celle de la SAQ en ce sens qu’elle existera pour assurer la protection de la population.

« On s'attend à ce que les employés soient formés pour pouvoir offrir de l'information par rapport au contenu du cannabis, aux types de THC, aux différents effets, mais aussi un peu d'information pour la prévention. »

On comprend aussi que les experts en santé publique n'ont pas été consultés jusqu'à présent, donc le délai commence à être court.

Émilie Dansereau-Trahan, chargée de projet, ASPQ

Des succursales encore en travaux

Dans la région de Québec, aucun des trois points de vente où s'établira la SQDC n'est encore prêt.

Des ouvriers s'affairent toujours à l'intérieur de locaux commerciaux de la rue Bouvier et du chemin Sainte-Foy, à Québec, ainsi que sur la route du Président-Kennedy, à Lévis.

Des ouvriers s'affairent dans une future succursale de la Société québécoise du cannabis à LévisDes travaux sont toujours en cours dans les 3 futures succursales de la Société québécoise du cannabis à Québec et Lévis Photo : Radio-Canada / Nahila Bendali

Le MSSS n'est pas non plus inquiet et affirme que les employés recevront la formation nécessaire.

L'organisme ajoute avoir reçu plus de 5000 candidatures pour ses 300 emplois offerts.

Avec les renseignements de Nahila Bendali

Avec les informations de CBC

Drogues et stupéfiants

Société