•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PLQ promet les transports en commun gratuits pour les étudiants et les aînés

Le chef du Parti libéral du Québec s'apprête à monter à bord d'un autobus
Philippe Couillard a fait une balade dans un autobus de la STL, à Laval, quelques heures avant d'annoncer des mesures pour encourager le transport en commun. Photo: Radio-Canada / Frédéric Deschênes

S'il est reporté au pouvoir, le chef libéral Philippe Couillard s'engage à rendre gratuit le transport en commun pour les étudiants à temps plein, sans limite d'âge, et les personnes de 65 ans et plus.

Un texte de Romain Schué

Cette mesure, qui s'appliquerait à l'ensemble de la province, est estimée à 200 millions de dollars par an par le PLQ. Ce montant représente la compensation qui serait offerte aux différentes sociétés de transport de la province, a précisé le parti.

« L'enjeu en vaut la peine. C'est un investissement dans notre avenir collectif. On fait un saut considérable de progrès dans le transport collectif », a indiqué le chef libéral, en mettant une nouvelle fois de l'avant les « marges de manoeuvre » obtenues par son gouvernement.

Près de 200 000 étudiants à temps plein et 80 000 aînés pourraient être touchés par cette promesse, selon le PLQ.

Actuellement, les étudiants et les aînés payent 51 $ par mois pour utiliser par exemple le métro et le bus gérés par la Société de transport de Montréal (STM).

Il n'y aurait en revanche aucun impact sur les tarifs des autres usagers, a souligné Philippe Couillard, qui a effectué cette annonce devant des étudiants, à Laval.

« On fait un saut considérable de progrès dans le transport collectif », a indiqué le chef libéral, en ajoutant qu'il est ouvert à investir à l'avenir dans de nouveaux bus et wagons de métro en cas d'augmentation de l'achalandage pour « aller encore plus loin ».

On veut que la génération montante se détourne de l'auto solo. Ça va être bon pour l'environnement et pour la congestion.

Philippe Couillard, chef du PLQ

Par le passé, le gouvernement de Philippe Couillard avait confié à l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) la compétence de fixer le tarif du transport en commun dans la région métropolitaine, soit sur l’île de Montréal, à Laval et à Longueuil.

En 2016, l’Assemblée nationale avait adopté le projet de loi 76 visant à laisser « la compétence exclusive » à l’ARTM pour « établir le cadre tarifaire du transport collectif ».

Ainsi, avec la création de l’ARTM en juin 2017, Valérie Plante, mairesse de Montréal depuis l’automne passé, n’a pas pu aller de l’avant immédiatement avec sa promesse électorale de rendre le transport gratuit pour les enfants de moins de 12 ans et pour les personnes de plus de 65 ans.

Une carte unique pour le transport

Philippe Couillard propose également de créer un « passeport mobilité ».

Avec une carte unique, les usagers pourraient ainsi utiliser tous les types de « transports durables » au Québec, que ce soit le métro, le bus, le train ou encore l’autopartage, le vélopartage et même le taxi dans certaines circonstances.

Selon le PLQ, un investissement de 5 millions de dollars serait nécessaire pour mettre en place cette mesure.

Prolongement du REM

Un nouveau gouvernement libéral compte également demander à la Caisse de dépôt et placement du Québec d’étudier un prolongement du Réseau express métropolitain (REM) vers Mirabel.

Selon les plans actuels, ce train électrique de 26 stations s’arrêtera, vers le nord, à Deux-Montagnes. Sa mise en service complète est prévue pour 2024.

La ville de Mirabel est située dans la circonscription des Laurentides. La caquiste Sylvie D’Amours en est la députée sortante.

Divers projets de transport collectif évoqués

D’autres projets sont également dans la mire de Philippe Couillard. Début juillet, son gouvernement s’était engagé, à travers la création d’un bureau d’étude, à étudier la possibilité de créer la ligne rose de métro à Montréal voulue par Valérie Plante.

Fin août, le chef libéral a d’ailleurs apporté son soutien à cette idée.

Les autres projets à l’étude :

  • Création d’un service rapide par bus (SRB) sur la rue Notre-Dame
  • Prolongement du SRB Pie-IX
  • Prolongement de la ligne orange du métro vers l’ouest
  • Prolongement de la ligne jaune à Longueuil
  • Développement d’un projet dans les axes des boulevards des Laurentides et de la Concorde à Laval
  • Prolongement du futur tramway de Québec vers le Nord
  • Un train léger à Gatineau

Il ne faut cependant pas s'attendre à voir tous ces projets se réaliser au cours des prochaines années. « Quelqu’un qui vous dirait qu’il veut tout faire d’un coup, il serait difficilement crédible », a nuancé Philippe Couillard.

Selon le chef libéral, « l’important c’est d’en faire un objectif formel et d’avoir les moyens de le faire. On a les moyens de nos ambitions » car « [on] s’est donné comme tâche d’assainir les finances publiques pour le bénéfice de la prochaine génération », a-t-il repris.

Lisée a d'autres priorités

Invité à commenter ces propositions du Parti libéral, le chef péquiste Jean-François Lisée a expliqué que son parti a plutôt choisi d'autres priorités, comme les soins à domicile, le réseau des garderies éducatives et l'aide aux aînés en difficulté financière.

Le PQ a étudié la possibilité d'offrir du transport gratuit, a-t-il dit, mais a finalement décidé qu’il était plus approprié de laisser les sociétés de transport décider des rabais qu’elles veulent consentir aux usagers, comme c’est le cas actuellement.

« Par exemple à Laval, c’est gratuit pour les aînés. À La Prairie, c’est gratuit pour tous. À Sherbrooke, c’est gratuit pour les étudiants », a-t-il énuméré.

« Les sociétés de transport sont en train de prendre leurs décisions localement. Donc, est-ce que c’est à nous de prendre des mesures mur-à-mur? Puisqu’on veut être très respectueux des différences régionales et des choix régionaux, il nous a semblé inopportun de faire ça. »

Politique provinciale

Politique