•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du vandalisme anti-islam sur une exposition photo à Québec

Une photo qui montre une famille d'immigrants à Québec vandalisées avec le texte : « Invasion barbare, ce n'est pas aux Québec de s'intégrer à l'islam. »
Des photos d'une exposition à la place éphémère du pont Dorchester, à Québec, ont été vandalisées à deux reprises au cours des dernières semaines. Photo: Facebook/Richard Fecteau
Radio-Canada

L'exposition photo de la place éphémère du pont Dorchester, à Québec, a été vandalisée pour une deuxième fois en quelques semaines.

La place éphémère a été inaugurée à la fin du mois de juillet et présente l’exposition à ciel ouvert Visages de la diversité, du photographe Éric Côté.

Ses clichés documentent l’accueil de réfugiés et leurs premiers pas à Québec.

Le photographe confirme que c'est la deuxième fois que des messages haineux sont inscrits sur une partie de l'exposition. Il a pu les effacer la première fois, mais n'a pas été en mesure de le faire pour le deuxième acte de vandalisme.

« On savait que le sujet était chaud, mais avec la Ville, on espérait que ça n'arriverait jamais », a déclaré Éric Côté, au micro de Claude Bernatchez, à l'émission Première heure.

Extrait de l'entrevue d'Éric Côté avec Claude Bernatchez

J'étais choqué pour les familles. Ça va au-delà des photos. Je trouve que c'est une agression pour les gens qui ont voulu venir s'établir ici.

Éric Côté, photographe

Lors de la préparation de l'exposition produite par la Ville de Québec, l'idée d'appliquer un vernis protecteur a été évaluée. On l'a cependant abandonnée, car le produit altérait la qualité de l'image.

L'exposition doit en principe prendre fin d'ici la fin du mois de septembre. La Ville entend remplacer les panneaux abîmés.

Un graffiti sur une photographie mettant en scène des nouveaux arrivants à QuébecDes graffitis ont été constatés sur les oeuvres du photographe Éric Côté. Photo : Radio-Canada / Marie-Maude Pontbriand

Enquête

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) confirme avoir reçu une plainte pour méfait sur les œuvres d’art.

« Les policiers ont constaté qu’il y avait des graffitis à caractère haineux, donc un dossier est monté et sera enquêté par la division des crimes majeurs », mentionne David Poitras, porte-parole du SPVQ.

Les graffitis pourraient entraîner des accusations.

« C'est sûr qu’à la base, un graffiti, on parle d'une infraction de méfait, c’est une infraction criminelle, mais tout dépendant quelle était l’intention derrière ça, le message véhiculé, est-ce que c’est possible qu’il y ait d’autres accusations? Rien n’est impossible », dit David Poitras.

Le porte-parole rappelle aux citoyens de La Cité-Limoilou qu’ils peuvent composer le 311 pour signaler les graffitis qui peuvent ensuite être enlevés par la Ville.

Québec

Vandalisme