•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les températures de l’océan plus élevées que la moyenne en Atlantique cet été

Le golfe du Saint-Laurent à perte de vue.
Les eaux côtières en Atlantique sont plus chaudes que la moyenne des 20 dernières années, cet été, selon les relevés de Pêches et Océans Canada. Photo: Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Il n'y a pas que les températures de l'air qui ont été exceptionnellement élevées cet été en Atlantique : les eaux de surface de l'océan Atlantique étaient également plus chaudes que la moyenne des 20 dernières années, selon Pêches et Océans Canada.

Ça s’approche des plus grandes anomalies par rapport à la moyenne que nous avons vues depuis que nous avons commencé à recueillir des données, il y a 20 ans, affirme David Hebert, spécialiste du climat océanique au ministère des Pêches et des Océans.

Les eaux étaient de 2 à 3°C plus chaudes que la moyenne cet été, à l’exception du mois de juin, qui était plus frais que la normale.

En juillet et en août, la situation a changé radicalement : les vagues de chaleur se sont succédé et cette chaleur s’est transmise aux eaux côtières, affirme David Hebert.

Les eaux de surface sont de plus en plus chaudes et la zone plus chaude monte vers le nord. Elle est passée du golfe du Maine au plateau néo-écossais, puis au plateau terre-neuvien.

David Hebert, scientifique, Pêches et Océans Canada

Selon des données recueillies, la température de l’Atlantique le long de la côte est de la Nouvelle-Écosse, dans le golfe du Saint-Laurent et dans le détroit de Cabot était de 20°C en moyenne à la surface, au cours de la deuxième moitié du mois d’août.

Vue aérienne de deux baleines noires. Les eaux sont plus chaudes aussi dans le golfe du Saint-Laurent, fréquenté dorénavant par un grand nombre de baleines noires, pendant une partie de l'année. Photo : Pêches et Océans Canada

Une canicule marine

Les scientifiques de l’institut de recherche du golfe du Maine, à Portland, parlent même d’une vague de chaleur marine.

Un record a d’ailleurs presque été atteint le 8 août : la température moyenne de l’eau de surface dans le golfe du Maine a atteint 20,52°C.

Selon David Hebert, les températures chaudes ne se limitent pas à la surface de l’océan. Entre deux eaux, les températures sont également de 1 à 2 degrés plus élevées que la moyenne cet été, ce qui correspond à la tendance au réchauffement de l’océan observée depuis une décennie.

Plus chaud au large aussi

En avril, des scientifiques de Pêches et Océans Canada à bord d’un navire de la Garde côtière canadienne ont fait une découverte étonnante : les eaux dans le chenal Nord-Est, une zone profonde de 250 mètres, à 200 km au sud de la Nouvelle-Écosse, étaient à 14°C dans toute la colonne d'eau.

C’est à partir de ce chenal que les eaux plus au large entrent dans le golfe du Maine.

Les découvertes des scientifiques canadiens vont dans le même sens que celles de leurs confrères américains.

À la fin août, la National Oceanic and Atmospheric Administration a publié un résumé des conditions de l’écosystème marin du plateau Nord-Est, qui s’étend du cap Hatteras, en Caroline du Nord, jusqu’à la frontière canadienne.

Selon les conclusions de ce document, des dizaines d’espèces marines migrent vers le nord. L’agence américaine a également découvert que les eaux des profondeurs de l’océan se réchauffent aussi.

« Les eaux de surface et des profondeurs, dont des échantillons ont été recueillis sur plusieurs années, témoignent d’un changement important, subit et persistant », peut-on lire dans le document.

Nouveau-Brunswick

Changements climatiques