•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les habitants de la côte est des États-Unis fuient l'ouragan Florence

Préparatifs en cours à Myrtle Beach en Caroline du Sud en prévision de l'arrivée de l'ouragan Florence

Photo : Getty Images / Joe Raedle

Radio-Canada

À l'approche de l'ouragan Florence, de longues files de voitures se sont formées mardi sur les routes côtières d'une vaste zone de l'est des États-Unis dont la population fuit vers l'intérieur des terres.

Plusieurs autoroutes de Caroline du Nord et de Caroline du Sud ont été mises à sens unique pour accélérer les opérations d'évacuation, qui visent plus d'un million et demi de personnes, essentiellement dans ces deux États et dans celui de la Virginie.

Florence, un ouragan de catégorie 4 sur l'échelle de Saffir-Simpson, qui en compte 5, « se réorganise et augmente en taille », a indiqué le Centre national des ouragans (NHC) dans son bulletin de 18 h GMT. Elle s'accompagne de vents atteignant 215 km/h.

« C'est un ouragan extrêmement dangereux, potentiellement meurtrier, historique, qui n'arrivera peut-être qu'une fois dans votre vie », a averti le gouverneur de la Caroline du Nord, Roy Cooper. Il a exhorté la population à « partir maintenant ».

L'ouragan, qui progresse vers l'ouest et le nord-ouest à une vitesse de 28 km/h, devrait passer mardi et mercredi entre les Bahamas et les Bermudes et atteindre jeudi ou vendredi les côtes américaines. Il devrait entraîner dans sa foulée des vents extrêmement violents et des pluies diluviennes.

Les autorités s'attendent à des inondations majeures, avec des montées d'eau de 35 à 50 cm, et des crues à l'intérieur des terres jusqu'en début de semaine prochaine.

Le NHC a d'ailleurs appelé à la plus grande prudence, la majorité des décès lors d'ouragans étant attribuables à des inondations.

L'Agence fédérale de gestion des situations d'urgence (FEMA) a par ailleurs estimé que les régions touchées pourraient être privées d’électricité pendant plusieurs semaines.

Des hommes font la file avec des bonbonnes de propane.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des consommateurs font provision de gaz propane avant l'arrivée de l'ouragan Florence à Myrtle Beach, en Caroline du Sud

Photo : Reuters / Randall Hill

Dès lundi, les supermarchés ont été pris d'assaut par la population qui faisait le plein d'eau, de nourriture et de produits de première nécessité. De nombreux habitants ont également calfeutré les portes et les fenêtres de leur logement.

Plusieurs ont pourtant ignoré les consignes d'évacuation.

La Maison-Blanche décrète l'état d'urgence

Le président Trump a déclaré l'état d'urgence en Caroline du Nord, en Caroline du Sud et en Virginie.

« Nous ne lésinerons pas sur les dépenses », a-t-il déclaré, ajoutant que son administration demanderait au Congrès de débloquer des fonds d'urgence pour les États touchés.

« Nous sommes tout à fait prêts », a affirmé le président, critiqué pour sa gestion de l'ouragan Maria, qui avait dévasté Puerto Rico l'an dernier.

« Nous nous attendons à un impact fort », et la zone s'étendant de la Caroline du Sud à la Virginie sera « frappée de plein fouet », a affirmé Jeffrey Byard, un responsable de la FEMA à Washington.

Après les Carolines et la Virginie, la capitale fédérale Washington a elle aussi déclaré l'état d'urgence. Le Potomac, qui longe la capitale fédérale, était déjà en crue mardi et inondait la vieille ville d'Alexandria, en Virginie, où les autorités ont fourni des sacs de sable aux habitants pour se protéger de la montée des eaux.

Florence est la plus forte tempête à menacer la partie continentale des États-Unis cette année et la première de cette ampleur à viser les Carolines depuis le passage de l'ouragan Hugo sur Charleston, en Caroline du Sud, en 1989.

Visitez notre dossier sur les ouragans Harvey et Irma

Les centrales nucléaires se préparent

La Commission de réglementation nucléaire des États-Unis a précisé que les réacteurs situés sur la trajectoire de l’ouragan seront mis à l'arrêt environ 12 heures avant son arrivée.

La Caroline du Nord, la Caroline du Sud et la Virginie abritent 16 réacteurs nucléaires, exploités pour la plupart par le groupe Duke Energy, mais aussi par Dominion Energy

Duke Energy, qui dessert quatre millions de clients dans les Carolines, anticipe « une tempête historique dont l’impact se fera sentir par tous [ses] clients ».

L’entreprise a averti qu'elle pourrait avoir besoin de plusieurs jours pour rétablir le courant si l'ouragan provoquait d'importants dégâts.

Florence, suivi d'Helene et d'Isaac

Deux autres ouragans suivent Florence dans l'Atlantique.

Helene, dont les vents atteignaient 175 km/h (catégorie 2), doit se renforcer jusqu'à mardi soir en allant vers le nord-ouest, puis perdre progressivement en vigueur.

Isaac, qualifié de « petit ouragan » par le NHC, dont les dernières prévisions lui prêtaient des vents de 110 km/h, prend quant à lui la direction des Petites Antilles. La région se remet encore des dommages causés l'an dernier par le passage de l'ouragan Maria.

Entre août et septembre 2017, les ouragans Harvey, Irma et Maria ont causé la mort de milliers de personnes et provoqué des milliards de dollars de dégâts dans les Caraïbes et le sud-est des États-Unis.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Incidents et catastrophes naturelles

International