•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoria veut jusqu'à 15 % de logements abordables dans de nouveaux immeubles

Des immeubles de plusieurs étages à Victoria.

Des propriétaires de condos croient que la politique proposée par le conseil municipal de Victoria pourrait entraîner certaines complications.

Photo : Google Street View

Radio-Canada

Une proposition visant à imposer un pourcentage de logements locatifs abordables dans les nouveaux immeubles en copropriété a été approuvée par le conseil municipal de Victoria la semaine dernière. Selon le plan de la Ville, les loyers seraient fixés à 80 % de la moyenne des prix pour des appartements équivalents.

La politique suggérée prévoit que les nouveaux projets de condos au centre-ville devront inclure 15 % d’unités abordables. Dans le reste de la ville, 10 % des nouvelles constructions devront être réservés à ce type de logements.

Le calcul utilisé pour déterminer le coût du loyer mensuel pour ces unités est basé sur la définition de l’abordabilité de la Société canadienne d'hypothèques et de logement. Selon la formule proposée, le prix d’un appartement d’une chambre à coucher serait de 800 $ par mois et celui d’un studio 684 $.

« Pour une grande partie de la population, le prix de ces loyers est plus raisonnable que celui des condos qui augmentent et qui sont inatteignables pour de nombreux résidents de la ville », croit le conseiller municipal Jeremy Loveday.

Selon lui, cette politique vise à tirer avantage du boom immobilier que connaît Victoria pour régler les problèmes liés à la crise du logement.

Des propriétaires inquiets

Pour les propriétaires d'appartements, la proposition de la Ville pourrait entraîner certaines complications.

« Les loyers proposés ne suffiraient pas à couvrir les frais de condos, les taxes et les assurances », soutient Tony Gioventu, le directeur général de l’Association des propriétaires de condominiums de la Colombie-Britannique.

Tony Gioventu applaudit les efforts du conseil municipal pour faire face à la crise du logement, mais il croit que plusieurs questions doivent encore être adressées pour déterminer comment une telle politique pourrait être mise en pratique.

« Qui sera propriétaire de ces unités abordables ? » demande-t-il.

Les détails concernant la propriété et la gestion de ces logements locatifs doivent être discutés lors de consultations à venir. La politique devrait ensuite être mise en place l’an prochain.

Colombie-Britannique et Yukon

Immobilier