•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des trouble-fêtes au barbecue d’Erin Weir

Des personnes dans un parc par une journée ensoleillée. Certaines d'entre elles sont réunies autour d'une banderole où il est noté «Just resign already». Erin Weir se tient à côté, discutant avec une personne en souriant.

Six protestataires ont demandé la démission du député Erin Weir lors du barbecue qu'il organisait dimanche 9 septembre.

Photo : Radio-Canada / photo soumise par Chelsea Taylor

Radio-Canada

Des protestataires ont profité du barbecue organisé, dimanche, à Regina, par le député saskatchewanais anciennement affilié au Nouveau Parti démocratique (NPD), Erin Weir, pour lui demander de démissionner. Celui-ci devra décider s'il se représente en tant qu'indépendant ou s'il se désiste, selon un professeur de l'Université de Regina.

« Nous aimerions vraiment le voir se retirer, pour que nous puissions voter pour un candidat du NPD en 2019, et ne pas avoir une division des votes potentielle », explique la porte-parole du groupe des six manifestants, Chelsea Flook. Elle dénonce notamment le comportement d’Erin Weir depuis la conclusion de l'enquête indépendante pour harcèlement envers des membres du personnel féminin de son parti, dont il a fait l'objet cette année.

De façon plus générale, le groupe de manifestants réprouve la manière dont Erin Weir a répondu aux allégations portées contre lui, ainsi que sa récente tentative de réintégration dans le NPD comme membre du caucus et candidat pour l’élection fédérale de 2019.

Les manifestants veulent ainsi se démarquer des 67 anciens députés néo-démocrates fédéraux et provinciaux ayant signé une lettre la semaine dernière, critiquant le traitement réservé à Erin Weir par le chef du Nouveau Parti démocratique fédéral, Jagmeet Singh.

Le député de la Regina-Lewvan, Erin Weir, a soutenu que la plainte pour harcèlement formulée à son endroit en janvier était infondée. Il pense également qu'elle constitue une manoeuvre politique pour l'empêcher de faire entendre sa voix dissonante sur la taxe sur le carbone.

Deux solutions pour Erin Weir

Erin Weir devra choisir s’il se présente aux élections de 2019 comme candidat indépendant ou bien s’il se désiste, affirme le professeur émérite d’histoire de l’Université de Regina Stephen Kenny.

Connaissant sa passion, son engagement pour la politique, moi, je dirais qu’il va tenir le coup et j’imagine qu’il va se présenter comme indépendant.

Stephen Kenny, professeur émérite d’histoire de l’Université de Regina

L'ancienne députée provinciale saskatchewanaise et signataire de la lettre Pat Atkinson affirme quant à elle qu'Erin Weir a l'intention de continuer à représenter les électeurs de sa circonscription de Regina-Lewvan.

Stephen Kenny qualifie cependant la situation d’Erin Weir comme très difficile. Pour lui, la question est de savoir qui l’emportera entre le « parti de Jagmeet Singh » et le « parti de la Saskatchewan ». « Le défi pour [Erin Weir] est évident », explique-t-il, « mais les répercussions pour le parti au niveau provincial et même au niveau fédéral entrent dans un stade très critique. » Le professeur remarque que, parmi les 67 signataires de la lettre de soutien à Erin Weir, tous sont d’anciens députés, et qu’aucune femme députée actuellement en fonction n’a signé ce document.

Nous ne savons pas vraiment quel est le point de vue du public en général et même des partisans du NPD en général.

Stephen Kenny, professeur émérite d’histoire de l’université de Regina

« Il est difficile de dire si Erin Weir représente une division générationnelle ou si c’est une question plus vaste que cette différence entre les plus jeunes et les aînés », ajoute Stephen Kenny. Il reconnaît cependant que de nombreux points de vue opposés se retrouvent dans le grand public.

Avec les informations de Raluca Tomulescu.

Saskatchewan

Politique provinciale