•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les francophones « attaqués comme jamais » en campagne électorale

Le président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick, Robert Melanson

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le bilinguisme officiel et les droits des francophones sont au coeur du débat public comme ils l'ont rarement été ces dernières années au Nouveau-Brunswick. Près de trois semaines après le déclenchement des élections, la langue s'infiltre dans la campagne, et ce, même si les principaux partis semblent tout faire pour éviter la question.

Un texte de Catherine Allard

On se sent attaqués comme on n’a jamais été attaqués, affirme d’emblée le président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), Robert Melanson.

Selon lui, cette campagne électorale ouvre des portes qui n’avaient pas été ouvertes depuis longtemps dans la seule province officiellement bilingue du Canada.

Même son de cloche chez le juriste spécialisé en droits linguistiques, Michel Doucet. Ce dernier croit que les francophones n’ont pas connu de telles remises en question de leurs droits depuis les années 1990, quand le parti anti-bilinguisme Confederation of Regions (CoR) s’était imposé dans le paysage politique.

C'est quelque chose qu'on n’avait pas vu depuis l'époque du CoR, qu'on revoit maintenant. Les gens semblent trouver normal qu'on ait un chef d'un parti politique qui soit unilingue anglophone, qu'il veuille devenir premier ministre; qu'on ait un parti politique qui est en train de remettre en question tout le fondement du bilinguisme et de la dualité au Nouveau-Brunswick et qui risque de faire élire des députés, explique Michel Doucet.

L'avocat Michel Doucet en entrevue. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michel Doucet assure que des institutions au Nouveau-Brunswick ne respectent pas la Loi sur les langues officielles.

Photo : Radio-Canada

Les langues officielles, l’éléphant dans la pièce

Les droits des francophones sont jusqu'ici absents des discours des chefs et des plateformes électorales des partis. L’enjeu s’est cependant imposé de lui-même en raison de l'unilinguisme du chef du Parti progressiste-conservateur, Blaine Higgs.

Pour la première fois depuis plus de 30 ans, les francophones pourraient se retrouver avec un premier ministre qui ne parle pas leur langue.

Blaine Higgs avec les candidats progressistes-conservateurs à Moncton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Blaine Higgs avec les candidats progressistes-conservateurs à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

On se retrouve dans une situation un peu étrange, où la langue s'est placée au coeur de la campagne électorale, mais comme un enjeu individuel plutôt que comme un enjeu collectif ou politique, explique le sociologue et chercheur Mathieu Wade.

L’unilinguisme du chef a également mené à l’annulation du débat à Radio-Canada. Pour la première fois depuis 1999, les Acadiens n’auront pas de débat dans leur langue à la télévision publique.

C'est un coup de maître de Higgs. Et sans vouloir lui prêter d'intention, il a réussi, avant même d'être élu, à placer le français comme langue un peu marginale ou secondaire dans le débat public, ajoute Mathieu Wade.

Le sociologue Mathieu WadeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le sociologue Mathieu Wade

Photo : Radio-Canada

Les droits des francophones, au-delà de la langue

Le chef des progressistes-conservateurs, Blaine Higgs, propose d’embaucher des personnes unilingues à des postes bilingues dans la fonction publique et les ambulances, si elles suivent des cours de français par la suite. Cette idée est appuyée par les candidats francophones du parti.

Une dizaine de candidats progressistes-conservateurs se sont rassemblés à Shippagan, jeudi, pour montrer leur appui au chef Blaine Higgs et rassurer les francophones.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une dizaine de candidats progressistes-conservateurs se sont rassemblés à Shippagan, jeudi, pour montrer leur appui au chef Blaine Higgs et rassurer les francophones.

Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Le parti l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick propose pour sa part d’abolir le réseau de santé francophone et d’éliminer le Commissariat aux langues officielles. Ces propositions enflamment les partisans du chef Kris Austin, qui a des chances de l'emporter dans sa circonscription de Fredericton-Grand-Lake et d’entrer à l’Assemblée législative.

Tous les partis politiques ont une petite gêne par rapport aux langues officielles. Et le seul parti qui en parle, c'est l'Alliance des gens, pour dénigrer les langues officielles, dénigrer la dualité et retourner 50 ans en arrière, dit le politologue Roger Ouellette.

Le politologue Roger OuelletteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le politologue Roger Ouellette

Photo : Radio-Canada

On oublie le principe de l'égalité des langues officielles. On veut surtout se diriger vers un accommodement au besoin des dossiers francophones. Ça m'inquiète énormément lorsque je vois ce type de discours là. Je crois que c'est un faux discours, un discours anti-bilinguisme, anti-égalité, explique le juriste Michel Doucet.

Le silence des partis

Outre les promesses et les poignées de mains, il règne un certain malaise, car aucun chef, pas même le premier ministre sortant Brian Gallant, ne s'est réellement porté à la défense des francophones jusqu'ici.

Le chef libéral Brian Gallant lors d'une annonce à MiramichiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef libéral Brian Gallant fait une annonce au sujet des cours de métiers dans les écoles du Nouveau-Brunswick, jeudi matin.

Photo : Radio-Canada / Catherine Allard

Ce n’est pas acceptable, lorsqu'un petit parti politique, même tout petit, remet en question ces éléments fondamentaux, que les partis traditionnels, qui alternent au pouvoir, libéraux, conservateurs, eux, c'est le silence radio. Alors on voit que le Parti libéral prend en quelque sorte le vote francophone pour acquis et ne veut pas s'aliéner le vote anglophone, dit Roger Ouellette.

Les partis politiques, va falloir qu'ils fassent un sérieux examen de conscience même à la mi-campagne et qu'ils commencent à assumer ce qui est réellement le Nouveau-Brunswick aujourd'hui, ajoute le président de la SANB, Robert Melanson.

Le Nouveau-Brunswick célébrera l'an prochain le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles. Cette campagne électorale montre cependant que les acquis des francophones sont peut-être encore fragiles dans la seule province officiellement bilingue du pays.

Politique provinciale

Politique