•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terminé les primes de 1500 $ aux anesthésiologistes qui remplacent à Maniwaki

Un masque du service en anesthésiologie avec un signe de dollars.

Pour éviter un bris de service en anesthésiologie à l’Hôpital de Maniwaki, les médecins spécialistes qui viennent y remplacer pouvaient toucher des primes qui grimpent jusqu’à 1500$ par jour.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Revirement de situation, lundi, au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais : l'hôpital de Maniwaki n'aura plus à faire appel à la mesure spéciale voulant que les anesthésiologistes empochent des primes pouvant aller jusqu'à 1500 $ par jour pour remplacer.

Après plusieurs discussions et une visite du président de l'Association des anesthésiologistes du Québec, des spécialistes du secteur urbain de l'Outaouais ont accepté d'effectuer la vingtaine de remplacements qui posaient problème et qui auraient pu causer la fermeture du bloc opératoire de Maniwaki.

Les médecins qui avaient prêté main-forte pendant le long week-end de la fête du Travail ont pu bénéficier d'une généreuse prime de 1500 $ par jour, alors que les remplacements des mois de septembre et octobre seront plutôt faits sur une base volontaire, à même les ressources de la région.

Ce sont des médecins du secteur urbain [...] qui se sont offerts et qui vont aller travailler à Maniwaki pendant quelques jours.

Geneviève Côté, porte-parole du CISSS de l'Outaouais

Des frais de transport, de logement et de repas seront toutefois remboursés aux remplaçants.

L'Association du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux en Outaouais (APTS) demandait une répartition plus juste des ressources. Est-ce qu'on peut répartir le budget de la santé de façon équitable puis redonner aux régions des façons d'attirer le monde pour qu'ils restent, pas juste pour qu'ils viennent boucher des trous, a lancé Andrée Poirier, répondante politique de l'APTS.

Les autorités de santé de l'Outaouais tentent toujours de convaincre deux anesthésiologistes de l'étranger d'emménager à Maniwaki pour combler les postes vacants, puisqu'un départ à la retraite est prévu en décembre.

Il ne restera donc qu'un seul anesthésiologiste à ce moment-là, alors que le besoin est établi à deux. Le plan provincial de remplacement, qui permet l'octroi de primes, pourrait toutefois être à nouveau nécessaire.

Malgré la vingtaine de remplacements à Maniwaki par des médecins de Gatineau, de Hull et du secteur de Papineau, le CISSS de l'Outaouais ne s'attend pas à un ralentissement du nombre de ses chirurgies en secteur urbain.

Avec les informations de Laurie Trudel

Ottawa-Gatineau

Établissement de santé