•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boussole électorale : les chefs des partis n'arrivent pas à gagner la confiance des électeurs

Silhouettes de candidats sur fond de carte du Nouveau-Brunswick, ainsi que les couleurs des partis.

Élections Nouveau-Brunswick 2018

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les chefs des partis politiques au Nouveau-Brunswick se livrent une chaude lutte depuis maintenant 19 jours. Réussissent-ils à gagner la confiance des électeurs? Pas vraiment, si on se fie aux dernières données de la Boussole électorale (Nouvelle fenêtre).

Un texte de Gabriel Garon

Selon les derniers chiffres de la Boussole électorale, la confiance des électeurs envers les chefs est faible. Sur une échelle de 1 à 10, aucun n'a dépassé la barre du 6 sur 10, équivalent à la note de passage. Les répondants devaient indiquer leur niveau de confiance envers les chefs de parti et évaluer leur niveau de compétence. Il y a peu de différence entre les chefs.

Les chefs des deux principaux partis arrivent au coude à coude. Brian Gallant, du Parti libéral, atteint la note de 41 % alors que Blaine Higgs, chez les progressistes-conservateurs, dépasse son adversaire de 6 points de pourcentage.

Fait étonnant, les chefs des tiers partis obtiennent presque tous la même note, à l'exception de David Coon, le chef du Parti vert, qui est le plus populaire chez les répondants sur l'échelle de confiance et de compétence, à 58 %.

Kris Austin de l'Alliance des gens fait bonne figure

Le chef de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick performe tout aussi bien que les chefs des libéraux et des progressistes-conservateurs.

Kris Austin, dont les positions sur le bilinguisme sont controversées, obtient beaucoup moins d'appui chez les francophones, mais jouit d'une bonne avance par rapport aux autres chefs chez les répondants anglophones.

Différence entre les générations

Pour ce qui est des groupes d'âge, les jeunes de 18 à 34 ans accordent une plus grande confiance à Brian Gallant qu'à Blaine Higgs, mais la tendance s'inverse chez les 35 ans et plus.

Même chose du point de vue linguistique, les utilisateurs de la Boussole ayant le français comme langue maternelle croient que Brian Gallant est plus compétent, alors que les anglophones jugent que Blaine Higgs est plus compétent.

Il est toutefois difficile de savoir à quel point ces chiffres sont révélateurs : le 24 septembre, les électeurs voteront-ils pour un chef ou pour le candidat de leur circonscription?

Les informations présentées dans ce reportage reposent sur les réponses de 7835 répondants ayant participé à la Boussole électorale entre le 24 août et le 6 septembre 2018.

La Boussole électorale n'est pas un sondage

Dans un sondage classique, les sondeurs choisissent les participants, pour avoir un échantillonnage plus représentatif du portrait sociodémographique de la région visée par le sondage. Dans le cas de la Boussole, la participation est entièrement volontaire. Il se peut donc que l'échantillonnage soit moins représentatif.
Ne vous inquiétez pas : vos réponses restent confidentielles. Il n'y a aucun moyen de vous identifier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale