•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les organismes culturels acadiens réagissent au mouvement #MoiAussi


Ghislain Basque et Diane Losier dans les rôles de Fabien et d'Adélie dans la pièce Pourquoi l'Ouest du Théâtre populaire d'Acadie

Ghislain Basque et Diane Losier dans les rôles de Fabien et d'Adélie dans la pièce Pourquoi l'Ouest du Théâtre populaire d'Acadie

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Parenteau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les institutions culturelles acadiennes se dotent progressivement de politiques pour limiter les cas d'inconduite, près d'un an après le début du mouvement #MoiAussi et quelques mois après que le Théâtre populaire d'Acadie eut été forcé de réagir à une plainte de harcèlement sexuel envers l'un de ses employés.

Radio-Canada a appris lundi matin que la décision du Théâtre populaire d'Acadie de ne pas renouveler le contrat de son directeur artistique, Maurice Arsenault, est liée aux conclusions du rapport d’enquête sur une plainte de harcèlement sexuel formulée par le comédien Frédéric Melanson.

Le TPA a répondu par courriel qu’il travaille en étroite collaboration avec l’Association des théâtres francophones du Canada à mettre en place, dès cet automne, une politique pour la création d’un milieu de travail sain, respectueux et exempt de toutes formes de discrimination, de harcèlement et de violence.

Cette politique touchera autant le processus de plaintes que le code de conduite, assure la présidente de l’Association des théâtres francophones du Canada, Geneviève Pineault.

« On va fournir à toutes nos compagnies une sorte d’énoncé de principes qui stipule que la compagnie veut mettre en place un environnement qui est sain et respectueux. On va encourager les compagnies à joindre cet énoncé à tous leurs contrats artistiques. »

— Une citation de  Geneviève Pineault, présidente de l'Association des théâtres francophones du Canada

Ce type d’énoncé est inspiré de l’initiative Not in our space de la Canadian Actor's Equity Association : une déclaration anti-harcèlement à laquelle toutes les parties prenantes d’une production théâtrale doivent adhérer lors du premier jour de répétition.

Un environnement de création sans harcèlement

L’Association des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick a voté en faveur de la mise en place d’une politique contre le harcèlement, lors de son assemblée générale annuelle.

Carmen Gibbs en entrevue devant des peintures qui rappellent le drapeau acadien
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carmen Gibbs, directrice générale de l'Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick, félicite la SNA pour son travail.

Photo : Radio-Canada

Le mouvement #moiaussi a précipité la création d’outils qui auraient dû exister depuis longtemps, estime la directrice générale de l’association, Carmen Gibbs.

« Je crois que c'est bon et je crois que tous les milieux, de tous les secteurs, devraient se doter de ça, parce que ce n'est pas propre au milieu culturel. »

— Une citation de  Carmen Gibbs,

Le codirecteur de Satellite Théâtre, Marc-André Charron, affirme que sa compagnie révise présentement les politiques de ressources humaines afin d'assurer que les dossiers de harcèlement soient gérés de manière adéquate.

À Moncton, le théâtre l’Escaouette ajoute désormais une annexe à tous ses contrats de travail qui énonce son engagement au maintien d'un environnement de travail sain et respectueux.

Des politiques bien accueillies par les comédiens

La comédienne Diane Losier se souvient avoir été témoin d’abus de pouvoir au théâtre. Elle affirme avoir toujours dénoncé ces comportements sans délai. Elle encourage ses confrères et consoeurs à agir comme elle. Elle croit que des politiques claires pourraient être nécessaires pour certaines personnes, pour qu'elles sachent comment agir.

Marc Lamontagne, comédien, explique que les blagues grivoises ont toujours fait partie du paysage théâtral et qu’une ligne doit être tracée par les associations afin qu’il n’y ait plus d’ambiguïté à ce sujet.

Le comédien et auteur Gabriel Robichaud est choqué et ébranlé par les allégations de harcèlement sexuel par un employé du Théâtre populaire d'Acadie.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gabriel Robichaud, comédien et auteur acadien

Photo : Radio-Canada

Le poète et comédien Gabriel Robichaud croit que le mouvement #MoiAussi a poussé la société à réfléchir davantage et voit d'un bon oeil l'adoption progressive de mesures concrètes qui vont permettre de mieux encadrer les milieux de travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !