•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutte contre le saumon d'élevage devant la cour

Des saumons nagent dans des eaux bleues traversées de filets de lumière.
Alexandra Morton et son avocat d'Ecojustice font valoir que transférer des saumons d’élevage dans des filets dans le Pacifique sans les tester pour vérifier s’ils sont porteurs du virus piscine orthoreovirus menace la santé des saumons sauvages du Pacifique. Photo: iStock
Radio-Canada

L'organisme environnemental Ecojustice et Alexandra Morton, une biologiste et opposante de longue date à la pisciculture, sont devant la Cour fédérale pour tenter de forcer le ministère des Pêches et des Océans à dépister la présence d'un virus dans les saumons d'élevage avant qu'ils ne soient placés dans des parcs en filets dans l'océan.

Ils affirment que transférer des saumons d’élevage dans des filets dans le Pacifique sans les tester pour vérifier s’ils sont porteurs du virus piscine orthoreovirus menace la santé des saumons sauvages du Pacifique.

« L’État de Washington prend ça très au sérieux. La Colombie-Britannique, non. Alors, grâce à Ecojustice, je suis de retour en cour aujourd’hui parce que nous devons suivre les lois établies au Canada », soutient Alexandra Morton.

Ce virus est insidieux. Il se propage rapidement.

Alexandra Morton, biologiste et militante contre la pisciculture

L'entreprise Marine Harvest Canada dit qu'elle ne peut fournir de détails, puisque la cause est en cour, mais s'est quand même exprimée : « Les saumons de nos fermes sont en bonne santé, ils sont confiés à des professionnels dévoués qui ont reçu une formation, et des tests sanitaires contrôlés importants sont effectués tout au cours du cycle de production. Toutes nos fermes sont certifiées en vertu d'un tiers parti indépendant et nous avons publié en ligne un nombre important de données pour ceux que ça intéresse. »

Les audiences, qui commencent, lundi doivent durer cinq jours. Le tribunal doit aussi entendre cette semaine une autre cause portée par la Première Nation Namgis, qui s’oppose au transfert des saumons de l’Atlantique infectés dans les eaux du Pacifique.

Colombie-Britannique et Yukon

Protection des espèces