•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3e lien : pas de guerre à l'automobile, promet Couillard

Philippe Couillard en studio
Philippe Couillard en entrevue à l'émission Première heure, lundi matin, à Québec. Photo: Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf
Radio-Canada

Les questions environnementales ne seront pas évacuées de l'évaluation du projet du 3e lien Québec-Lévis, assure le chef du Parti libéral, Philippe Couillard. Mais chose certaine, le dossier ne doit pas mener à « une guerre contre l'automobiliste et les gens qui vivent en banlieue », selon lui.

Questionné sur le peu de place des enjeux environnementaux dans la campagne, Philippe Couillard a rapidement bifurqué vers la question de la congestion routière.

« On ne fera pas cette victoire de l'environnement aux dépens des citoyens », a déclaré le chef libéral en entrevue au micro de Claude Bernatchez à l'émission Première heure.

Le transport en commun essentiel

Évoquant un train léger ou une autre formule, le premier ministre sortant a insisté sur l'importance d'une connexion directe de transport en commun de l'éventuel 3e lien vers le réseau de transport en commun de la capitale.

Le chef libéral privilégie par ailleurs que le projet de tramway de la Ville se rende au nord, jusqu'au boulevard de la Faune.

« Il faut donner une raison aux gens qui descendent du nord, pas les forcer, une bonne raison pour laisser leur automobile dans un stationnement incitatif. »

Pas de guerre à l'automobile, insiste Couillard

Les automobilistes et les banlieusards, il faut les convaincre de prendre autre chose que leur voiture, de façon confortable, fiable et sécuritaire.

Philippe Couillard, chef du Parti libéral du Québec

Philippe Couillard en a également profité pour décocher une flèche vers la Coalition avenir Québec qui promet d'amorcer la construction d'un 3e lien lors d'un premier mandat.

« Ceux qui disent qu’on peut mettre la pelle dans la terre d’ici quatre ans agitent des licornes dans la population de Québec », a-t-il conclu.

Québec

Politique provinciale