•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

QS : le Fonds des générations pour lutter contre le réchauffement climatique

Un gros plan sur Manon Massé à l'extérieur, devant une rampe d'escalier

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire, croit que se servir du Fonds pour rembourser la dette de l’État constitue « la pire façon d’aider les nouvelles générations ».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Québec solidaire (QS) affecterait tous les versements au Fonds des générations, ce qui représente un montant total de 12,5 milliards de dollars, à la lutte contre les changements climatiques, s'il formait le prochain gouvernement de la province.

Un texte de Yannick Donahue

La formation de gauche a fait cette annonce dimanche en rendant public le second volet de son cadre financier, tandis que les trois autres principaux partis se livrent à une guerre ouverte sur celui de la Coalition avenir Québec.

QS avait dévoilé, le 27 août dernier, la première partie de son cadre financier, dans lequel on retrouvait une douzaine de mesures, dont une réforme de la fiscalité, que le parti compte mettre en œuvre afin d'augmenter les revenus de l'État québécois de 12 milliards de dollars au terme d'un premier mandat.

Selon les documents budgétaires, le cadre financier de la formation solidaire sera équilibré.

Il prévoit 12,9 G$ de nouvelles sources de revenus ou d'économies et 12,9 G$ de dépenses d’opération additionnelles à la dernière année de mandat.

Infrastructures vertes

Le gouvernement sortant prévoit verser 12,5 G$ au Fonds des générations au cours du prochain mandat. Un gouvernement de Québec solidaire utiliserait plutôt cette somme pour « payer les dépenses d’infrastructures prévues au Plan de transition économique », peut-on lire dans un communiqué.

La lutte contre les changements climatiques s’exercerait par le biais d’infrastructures vertes financées à partir de cette enveloppe budgétaire et s’élèverait à 12,6 G$.

L’équipe solidaire ne toucherait pas au montant déjà versé dans le Fonds. Celui-ci sera préservé et ses rendements le feront croître.

Manon Massé, co-porte-parole du parti, croit que de se servir du Fonds pour rembourser la dette de l’État constitue « la pire façon d’aider les nouvelles générations ».

Mettre en place des infrastructures pour opérer une transition économique et énergétique et s’attaquer, enfin, à la dette environnementale, voilà une vraie façon de prendre soin de notre monde.

Manon Massé, co-porte-parole de QS

Selon QS, la dette publique du Québec se trouve dans la moyenne de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Conséquemment, elle n’est donc pas préoccupante. QS estime que cette opération n’aura aucun impact négatif sur le ratio dette/PIB, qui restera stable.

« On est loin du cadre financier de la CAQ qui ne fait rien pour l’environnement, qui baisse les taxes et croise les doigts en espérant une croissance économique. La CAQ doit cesser de pelleter des nuages », affirme Simon Tremblay Pepin, candidat dans Nelligan et porte-parole en matière d’Économie et de Finances publiques.

Autres dépenses

Au chapitre des immobilisations, on remarque que QS souhaite dépenser 1,6 G$ pour la rénovation des écoles et 2,3 G$ pour la construction de 50 000 logements sociaux. Ces investissements seront financés par des emprunts.

La création de Réseau Québec, un réseau de fibres optiques pour Internet, bénéficiera d’un investissement de 2,5 G$.

Pour l’exercice financier 2022-2023, QS promet une hausse de l’aide sociale de 1,1 G$, une assurance dentaire pour tout le monde au coût de 980 M$, une enveloppe de 250 M$ pour le soutien aux personnes proches aidantes et 210 M$ alloués à la francisation des immigrants.

Politique provinciale

Politique