•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ingrédients d'une bonne pancarte électorale

Des pancartes du Parti vert, du Parti progressiste-conservateur, du Parti libéral et du Nouveau Parti démocratique sont installées au même endroit.
De nombreuses pancartes électorales sont installées près des rues du Nouveau-Brunswick. Photo: Radio-Canada / Alix Villeneuve
Radio-Canada

Il n'y a pas une centaine de façons de faire une affiche électorale, soulignent deux experts des communications. La recette classique : une photo, un nom, un parti politique et une circonscription.

Un texte d'Alix Villeneuve

D'entrée de jeu, Bernard Belliveau, président de l'entreprise de marketing Apropos, explique que les affiches du Nouveau-Brunswick se ressemblent beaucoup.

On ne voit pas de messages qui sont flyés. Les choses sont quand même assez standards.

Bernard Belliveau, président fondateur de Apropos
L'entrepreneur discute avec un journaliste en regardant les pancartes électorales. Bernard Belliveau estime qu'il faut seulement passer un ou deux messages par affiches pour capter l'attention. Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

D'ailleurs, les affiches ne sont pas faites pour être analysées bien longtemps, souligne Natalie Melanson Breau, professeure à l'Université de Moncton en information et communication.

C'est qu'elles ont pour objectif principal d’être vues par les conducteurs automobiles, qui doivent les remarquer en quelques secondes seulement.

Les affiches électorales ne doivent pas contenir trop d’information pour être bien comprises.

Natalie Melanson Breau, professeure à l’Université de Moncton en information et communication

Une photo de l'affiche de Brian Gallant.Une affiche de Brian Gallant Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Qui remporte la bataille des pancartes?

Selon Bernard Belliveau, les affiches qui parviennent le mieux à attirer l'attention sont celles du NPD et du Parti vert.

Pourquoi? En raison de leurs couleurs. Selon l’expert, en offrant un fond orangé et un autre vert, ces deux formations attirent plus le regard que le Parti libéral et le Parti progressiste-conservateur, dont les pancartes ont un arrière-plan blanc.

C’est à peine une question de couleur qui leur a permis de se démarquer.

Bernard Belliveau, président fondateur de Apropos
Une photo de l'affiche d'un candidat du Parti vert à Dieppe. Le vert est une couleur caractéristique du Parti vert et lui permet d'attirer l'attention, juge l'expert. Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Natalie Melanson Breau n’a pas souhaité se prononcer. Si ça respecte le fait que ce n'est pas bourré de texte, moi ça me convient.

Pourquoi des affiches?

En 2018, est-ce toujours nécessaire d'utiliser de tels panneaux publicitaires pour se faire connaître? Oui, estime la professeure.

Toutefois, leur impact n'est pas très significatif sur le comportement des électeurs.

C’est pour informer, pour donner un petit aperçu, pour humaniser un candidat et c’est pour montrer une présence

Natalie Melanson Breau, professeure à l’Université de Moncton en information et communication
Sept pancartes sont installées côte à côte au même endroit. L'Alliance des gens est la seule formation politique du Nouveau-Brunswick à avoir boudé l'intersection du chemin Gauvin et de la rue Thomas, à Dieppe. Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

L'influence de ces panneaux diminue, suggère la professeure. J’ai l’impression qu’on est dans une période de transition, dit-elle. On a plusieurs générations qui s’informent via le web et qui n’ont pas besoin d’affiches à tous les coins de rue. [...] Il faut un mélange des deux.

Des affiches interactives commencent d'ailleurs à voir le jour. En 2015, un code sur les pancartes de Justin Trudeau permettait de générer un message vidéo.

Quelques exceptions à la règle

Malgré les normes, certains candidats ont pris quelques libertés. C’est le cas du candidat du Parti vert Kevin Arseneau et du candidat progressiste-conservateur Mike Holland.

Quatre personnes se tiennent près d'une pancarte électorale du candidat Kevin Arseneau du Parti vert. Kevin Arseneau a décidé d'offrir une version de ses affiches où une photo de famille remplace la traditionnelle photo du candidat. Photo : Kevin Arseneau / Facebook

Kevin Arseneau, de la circonscription Kent-Nord, a remplacé sur certaines de ses affiches la traditionnelle photo du candidat par une photo de famille.

Il choisit de proposer une approche ou une vision que son travail de politicien, ce serait aussi quelque chose de familial, affirme Natalie Melanson Breau.

Deux personnes hors champs tiennent une affiche électorale de Mike Holland.Le candidat progressiste conservateur, Mike Holland, a décidé d'offrir une version de ses affiches où il pose avec un habit de chasseur. Photo : Mike Holland / Facebook

Mike Holland, candidat dans la circonscription d'Albert, est aussi un amateur de chasse. Il a décidé de faire une version de ses affiches où il troque le complet-cravate pour une veste de chasseur. Le candidat y ajoute un message supplémentaire : « Préserver notre patrimoine extérieur ».

Ce n'est certainement pas traditionnel, souligne la professeure. On vise peut-être plus un certain public.

Les affiches électorales vont continuer d'apparaître dans le paysage néo-brunswickois. Bien qu'il reste moins d'une semaine à la campagne, certaines formations politiques continuent d'en installer dans les circonscriptions les plus chaudement disputées.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale