•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hors de question d’éradiquer les rodéos au Québec, jure Couillard

Philippe Couillard et sa femme

Philippe Couillard a apporté son soutien au festival western de Saint-Tite.

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Radio-Canada

Alors qu'un comité consultatif, lancé par son gouvernement, étudie en ce moment les pratiques des rodéos québécois et la sécurité des animaux, Philippe Couillard s'engage, avant d'en connaître les conclusions, à maintenir ces événements qui amènent « du plaisir » dans la province.

Un texte de Romain Schué (Nouvelle fenêtre)

« Avec moi comme premier ministre et avec un gouvernement du Parti libéral, le Festival de Saint-Tite va continuer à fonctionner », a indiqué Philippe Couillard samedi, avant de se rendre à cet événement qui attire chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes et qui génère, selon le chef libéral « des retombées économiques majeures », estimées à 45 millions de dollars par année.

Ce festival western, dans lequel on retrouve une dizaine de rodéos, est au cœur d’une controverse depuis plusieurs mois.

En avril, un rapport de 600 pages avait été publié par un vétérinaire, avec le soutien du professeur de droit de l’Université de Montréal, Me Alain Roy, et des groupes de défense des animaux, comme la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA).

Ce médecin avait obtenu l’autorisation d’étudier de près le dernier Festival de Saint-Tite, ainsi que le rodéo organisé à Montréal l’été passé, à l’occasion du 375e anniversaire de la métropole. En contrepartie, une demande d’injonction, qui visait à annuler cet événement, avait été retirée.

À la lumière de ces analyses, ce document rapportait une détresse psychologique pour les animaux utilisés lors des rodéos et ces pratiques contreviendraient, selon l’auteur, à la Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal, adoptée en décembre 2015.

J’aime ça, que les gens aient du fun au Québec. C’est une activité qui a énormément de retombées économiques pour la région. Je vais être encore une fois très clair : le Festival de Saint-Tite va continuer dans tous ces volets.

Philippe Couillard, chef du PLQ
Philippe Couillard

Philippe Couillard a participé au festival de Saint-Tite samedi.

Photo : Radio-Canada / Frederic Deschenes

« Possible » d’être respectueux des animaux

Interrogé sur ce sujet, le chef libéral n’y est pas allé de main morte en commentant ce rapport qui a été communiqué à un comité consultatif, lancé durant l’été 2017 par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ).

« Si c’est pour une tentative pour faire en sorte que l’activité disparaisse, la réponse est non. L’activité va continuer. Est-ce qu'on peut avoir du plaisir ensemble au Québec également? Le faire de façon correcte et respectueuse des animaux, c’est possible », a-t-il lancé.

Selon ce dernier, la législation québécoise est respectée. « Je crois que c’est fait correctement, a-t-il avancé. Est-ce qu’on doit améliorer? Oui. Est-ce qu’on va annuler, empêcher? Non. »

Faire disparaître ces rodéos de la province, comme cela se fait notamment en Grande-Bretagne, est-ce une possibilité? « Je ne vois pas ça se produire sous mon gouvernement », a répondu Philippe Couillard.

François Legault « d'accord » avec Philippe Couillard

En visite à Magog, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a apporté lui aussi son soutien aux rodéos québécois. « C'est rare, mais je suis assez d'accord avec [Philippe Couillard] », a-t-il lancé, en disant apprécier ces événements.

Une réaction jugée « surréaliste »

Contacté par Radio-Canada, Me Alain Roy juge cette réaction « inconcevable » et « surréaliste ».

Ce dernier explique attendre les conclusions du comité consultatif, au printemps 2019.

« Il y a un processus d’analyse en cours. Comment le premier ministre peut-il se prononcer avant les conclusions? Est-il devenu un expert animalier? C’est incroyable. Il aurait dû être raisonnable et dire qu’il attend les conclusions du rapport », souligne-t-il.

M. Couillard a décidé de court-circuiter un comité qu’il a lui-même lancé. Il vient de décider des conclusions. C’est renversant. Pourquoi n’ordonne-t-il pas l’abolition de ce comité?

Me Alain Roy, spécialiste en droit animalier

Désormais, explique-t-il, « on va se préparer à une bataille judiciaire ». Ces recours devant les tribunaux « pour faire respecter la loi et protéger les animaux » seront cependant lancés « après la publication des recommandations de ce comité, s'il existe toujours », ajoute Me Alain Roy.

Politique provinciale

Politique