•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du réconfort et du soutien pour les familles de bébés prématurés

Une mère avec son bébé prématuré à la marche organisée à Québec
Une mère avec son bébé prématuré à la marche organisée à Québec Photo: Radio-Canada

La réalité des familles d'enfants nés prématurément est encore méconnue du grand public. C'est pourquoi des centaines de personnes ont marché à Québec et dans d'autres villes de la province, samedi. Plus de 40 000 $ ont été amassés pour la cause.

Un texte d’Alexandre Duval

« C’est une marche d’espoir et de courage pour soutenir les parents », explique Stéphanie Trépanier, elle-même mère de deux enfants prématurés et coordonnatrice des bénévoles pour l’organisme Préma-Québec, qui offre de l'accompagnement aux familles touchées.

Mme Trépanier raconte que son fils Félix, aujourd’hui âgé de 11 ans, est né alors qu’elle n’avait complété que 23 semaines de grossesse. Déboussolée, elle ne savait pas si son enfant pourrait survivre, alors qu’il souffrait notamment d’une hémorragie cérébrale.

Stéphanie Trépanier, coordonnatrice des bénévoles pour Préma-QuébecStéphanie Trépanier, coordonnatrice des bénévoles pour Préma-Québec Photo : Radio-Canada

C'est de l'inquiétude constante. Quand le téléphone sonne, on se demande toujours si c'est une mauvaise nouvelle.

Stéphanie Trépanier, coordonnatrice des bénévoles pour Préma-Québec

Pendant les 113 jours qu’a duré l’hospitalisation de son fils, Mme Trépanier était à ses côtés. Elle se souvient des émotions constantes, du sentiment d’impuissance et de la fatigue qui surgit inévitablement.

« La question qui me revenait toujours en tête, c'est "est-ce que mon enfant va être heureux?" », illustre-t-elle.

Les enfants présents à la marche de Préma-Québec avaient des autocollants indiquant à quel moment ils sont nésLes enfants présents à la marche de Préma-Québec portaient des autocollants indiquant à quel moment ils sont nés Photo : Radio-Canada

L’importance du soutien

Le bureau principal de Préma-Québec est situé à Longueuil. Or, depuis juin, un point de service a été ouvert à Québec afin de mieux desservir tout l’est de la province.

Mme Trépanier explique que l’aide offerte aux parents va du soutien psychologique à l’éducation, en passant par le soutien financier et les services de deuil périnatal.

Mélina Carbonneau et Francis Leblanc font partie des couples qui ont bénéficié de l’aide de Préma-Québec.

Mélina Carbonneau, Francis Leblanc et leur petite fille EmmaMélina Carbonneau, Francis Leblanc et leur petite fille Emma Photo : Radio-Canada

Partis de Trois-Rivières samedi matin afin de participer à la marche de Québec, ils expliquent que cette aide est arrivée à point, alors que leur fille Emma naissait de façon inattendue.

« Ça fait du bien, ça enlève un stress, indique M. Leblanc. On ne s'attendait pas à ça. Deux mois d'avance, on n'était pas vraiment préparés! »

« La chambre n'était pas prête! », ajoute Mme Carbonneau, qui a dû accoucher à Montréal plutôt qu’à Trois-Rivières, parce qu’elle n’avait complété que 31 semaines de grossesse.

On a été chanceux. On a une petite fille en santé.

Mélina Carbonneau, mère d'Emma

Stéphanie Pratte participait aussi à la marche avec sa petite fille Laetitia, même si elle n’a pas eu recours aux services de Préma-Québec.

Stéphanie Pratte, mère de Laeticia, née après 29 semaines de grossesseStéphanie Pratte, mère de Laeticia, née à 29 semaines de grossesse Photo : Radio-Canada

C’est pour soutenir le mouvement qu’elle souhaitait être présente. Mme Pratte comprend bien les enjeux liés à une naissance prématurée, puisque sa fille a vu le jour à 29 semaines de grossesse.

« Elle pesait seulement 900 grammes. Elle est restée à l'hôpital une centaine de jours », raconte-t-elle, tout en soulignant le travail exceptionnel du personnel hospitalier.

On prend ça au jour le jour. Ce n'est pas évident, de voir son enfant comme ça. J'essayais de prendre chaque petite victoire à tous les jours.

Stéphanie Pratte, mère de Laeticia

Des marches avaient aussi lieu à Longueuil, Sherbrooke, Rimouski, Saguenay et Rouyn-Noranda.

Société