•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qu'est-ce qui pousse les ours à se promener en ville?

Un ours noir marche dans une rue devant un édifice.

Une citoyenne a pris cette photo d'un ours à l'intersection des rues de Milan et de Toulouse, à Gatineau, le mercredi 5 septembre 2018.

Photo : Gracieuseté d'Anne Lalande

Radio-Canada

Un ours perché dans un arbre en plein marché By, à Ottawa, jeudi matin et un autre déambulant à proximité de l'hôpital de Gatineau la veille... Mais pourquoi les ours sortent-ils de la forêt pour s'aventurer à proximité de l'humain?

André Dumont, biologiste au ministère québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs, n'est pas étonné par ces escapades. Le nombre de signalements d'ours a augmenté cette année pour s'établir à une soixantaine à Gatineau seulement. Dans les faits, plusieurs personnes ont sûrement vu les mêmes individus.

C’est la nourriture qui attire les ours près des humains, d'après le biologiste.

Ce que l'on sait aussi, c'est que la production de pommes sauvages est excellente cette année. Puis des pommiers, il y en a énormément dans les limites de la ville de Gatineau. Plusieurs signalements d'ours noirs sont liés à la présence de pommiers ou de cerisiers, ajoute M. Dumont.

Il est recommandé aux résidents qui habitent près des boisés de ramasser les fruits qui tombent au pied de leurs pommiers. Les citoyens sont aussi invités à bien ranger ce qui peut attirer ces animaux, comme les poubelles qui dégagent de fortes odeurs, surtout avec l'été chaud qu'on a connu.

André Dumont précise qu’un ours noir a des capacités olfactives 500 fois plus fortes que celles d'un humain.

Un ours endormi dans une cage de transport.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ours qui était dans le marché By a été tranquillisé.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Quoi faire si on rencontre un ours?

Je vous recommande de garder votre calme, indique Michel Guay, directeur de la Protection de la faune en Outaouais.

On va reculer lentement en parlant, pour qu'il sache que c'est un humain. Parce qu'il a peur de l'humain. On ne crie pas et on ne court pas, mentionne le directeur de la Protection de la faune en Outaouais.

Avec les renseignements de Martin Robert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Faune et flore