•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. permet la plus forte hausse de loyer en 15 ans

Vue sur trois tours à logement. Plan rapproché sur les fenêtres des édifices.
Les propriétaires de la Colombie-Britannique pourront augmenter les loyers de 4,5 % en 2019. Photo: CBC / Christer Waara
Radio-Canada

La hausse de loyer maximale permise par le gouvernement de la Colombie-Britannique a été établie à 4,5 % pour 2019, soit le plus haut taux d'augmentation autorisé depuis 2004.

Ce sera la troisième fois seulement dans les 15 dernières années que les propriétaires de logements locatifs seront autorisé à augmenter les loyers de plus de 4 % en Colombie-Britannique.

La hausse maximale permise est calculée en ajoutant 2 % au taux d’inflation des 12 derniers mois.

Selon le dernier rapport sur le logement locatif de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le loyer moyen était de 1296 $ par mois en 2017 en Colombie-Britannique pour une résidence comportant deux chambres à coucher. Une hausse de 4,5 % correspondrait donc à une augmentation de 700 $ par année.

Le rapport de la SCHL indique également que le loyer moyen des appartements pris en compte dans l’enquête a bondi de 5,8 % en 2017 en Colombie-Britannique, alors que la hausse maximale permise était de 3,7 % à l’époque.

Cette différence pourrait s'expliquer par le fait que, lors d’un changement de locataire, les propriétaires peuvent augmenter le loyer au-delà du maximum fixé.

Plusieurs citoyens et organismes ont réagi à l’annonce du gouvernement sur les médias sociaux. « Nous sommes en pleine crise du logement et le gouvernement vient de décider d’augmenter davantage les loyers? », a écrit l’Union des locataires de Vancouver sur Twitter.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique soutient quant à lui avoir pris des mesures pour venir en aide aux locataires, citant entre autres l’élimination de clauses qui permettaient aux propriétaires de hausser leurs loyers au-delà des niveaux permis.

La Province a également mis sur pied un groupe de travail sur le logement locatif qui doit présenter ses recommandations d’ici la fin de l’année.

Immobilier

Économie