•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour au bercail d'un melon oublié

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des melons d'Oka

Le melon d'Oka est particulièrement adapté aux rigueurs du climat québécois.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

On oublie souvent que beaucoup d'aliments que nous mangeons sont le fruit d'un long et complexe processus de sélection artificielle par des cultivateurs méticuleux. C'est le cas d'un produit québécois jusqu'à récemment oublié, le melon d'Oka.

Hybride du melon de Montréal et du melon banane, il a été développé par les moines trappistes d’Oka entre 1912 et 1924. Ce fruit est particulièrement adapté aux rigueurs du climat québécois.

Il a disparu dans les années 1950, remplacé par d’autres variétés de melons. C’était avant que Jean-François Lévêque en retrouve des graines dans une banque de semences aux États-Unis en 2015.

De retour en sol québécois, ce cousin du cantaloup se taille maintenant une place sur les tables de grands restaurants, comme celle du Mousso.

D'après le reportage d'Anne-Louise Despatie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !