•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Acadie aura enfin sa « Minute du patrimoine »

Femme et un enfant en costumes du 18e siècle pendant un tournage.

Tournage de la « Minute du patrimoine » consacrée à la déportation des Acadiens, le 7 septembre 2018 à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Radio-Canada

Il aura fallu près de 30 ans et une centaine de courts-métrages de 60 secondes, mais l'Acadie aura enfin un épisode des Minutes du patrimoine qui lui sera dédié.

La déportation des Acadiens sera le sujet de l’une des prochaines capsules de la populaire série historique, qui est présentée à la télévision et dans les salles de cinéma depuis 1991, et diffusée sur Internet par l’organisme Historica Canada.

Le tournage de cette nouvelle Minute a lieu ces jours-ci en Nouvelle-Écosse, à une dizaine de kilomètres de Port-Royal, le premier établissement français en Amérique du Nord.

Tournage de la « Minute du patrimoine » consacrée à la déportation des Acadiens, le 7 septembre 2018 à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tournage de la «Minute du patrimoine» consacrée à la déportation des Acadiens, le 7 septembre 2018 à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Dans les jardins historiques d’Annapolis Royal, une équipe de tournage fourmille autour de la reconstitution d'une maison acadienne méticuleusement choisie par la production. En retrait, des comédiens vêtus de tenues du 18e siècle attendent patiemment leur tour.

Le scénario de ce court-métrage de 60 secondes s'intéresse aux conséquences humaines de la déportation des Acadiens par les Britanniques.

Melissa O'Neil à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse, le 7 septembre 2018.

L'Acadienne Melissa O'Neil, agente pour les «Minutes du patrimoine».

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

On veut faire vivre de l'intérieur, avec émotions, les déchirements familiaux vécus par les Acadiens à partir de 1755. C'est quoi la vie avant, c'est quoi les cicatrices qui arrivent quand les soldats britanniques séparent les hommes et les femmes, et c'est quoi l'expérience d'être mis sur un bateau et pas dit nécessairement où est-ce qu'on est parti, précise Melissa O’Neil, agente pour les Minutes du patrimoine.

Je me sens incroyablement chanceuse d'être Acadienne sur ce plateau ici, de pouvoir amener cette histoire au Canada.

Melissa O'Neil
Fabien Melanson sur le plateau de tournage vêtu en Acadien du 18e siècle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Fabien Melanson est l'un des acteurs en vedette dans cette « Minute du patrimoine » consacrée à la déportation des Acadiens.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

L’acteur Fabien Melanson, un Acadien, joue le mari du personnage principal. Il est emballé de participer au tournage dans un tel décor.

C'est un beau lieu, s’enthousiasme l’acteur. Je me sens vraiment comme si je suis dans une Acadie ancienne avec les grands prés qui se présentent en arrière de nous.

L’Acadien Alain Melanson, guide touristique dans la région d’Annapolis Royal, est heureux de voir les acteurs et l’équipe de tournage dans la région. Je suis très content de [les] voir ici, venir aux sources, dit-il. Il regrette que l’histoire des Acadiens soit, selon lui, un chapitre qui manque un peu dans l’histoire canadienne.

La courte durée des Minutes du patrimoine est une fenêtre sur l’Acadie qui pourra donner le goût au public d’en connaître davantage, dit-il.

Alain Melanson à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse, le 7 septembre 2018.

Alain Melanson, guide touristique à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Raconter l'histoire, c'est pas dire toute l'histoire, c'est un peu d'inciter les gens, dit Alain Melanson. Si c'est bien présenté, les gens eux-mêmes vont vouloir aller découvrir cette histoire.

La production bénéficie d'un budget de 250 000 $ du gouvernement fédéral pour la réalisation de la Minute. L'historien Maurice Basque, le cinéaste Phil Comeau et la directrice générale de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, Marie-Claude-Rioux, ont contribué au scénario. La Société nationale de l'Acadie a aussi été consultée dans le projet.

Storyboard de la « Minute du patrimoine » sur la déportation des Acadiens, le 7 septembre 2018 à Annapolis Royal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sur le plateau de tournage de la « Minute du patrimoine » sur la déportation des Acadiens.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Il faudra évidemment attendre un peu avant de savourer la Minute du patrimoine consacrée à la Déportation.

Historica Canada, l’organisme sans but lucratif qui a relancé en 2012 les Minutes du patrimoine, l’ajoutera à sa collection (Nouvelle fenêtre) l’année prochaine. Elle pourra être visionnée en ligne avec les dizaines de Minutes déjà produites, et sera diffusée à la télévision.

D'après un reportage d'Olivier Lefebvre

Nouvelle-Écosse

Francophonie