•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Starmania, le tremplin d’une longue carrière pour le librettiste Luc Plamondon

    Plan rapproché de l'auteur Luc Plamondon.
    Luc Plamondon est un grand parolier et librettiste québécois. Photo: Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty
    Radio-Canada

    Luc Plamondon est une figure incontournable de la scène musicale francophone d'ici et d'ailleurs. Son apport à l'industrie est incontestable. Ces chansons et le succès des comédies musicales Starmania et Notre-Dame de Paris ont influencé des générations. Retrouvez le parolier timide et bohème avant qu'il ne connaisse ses plus grands succès.

    Écrire une chanson, c’est comme écrire du théâtre. Si on écrit une pièce de théâtre, on écrit pour des personnages. On écrit dans un langage différent pour chaque personnage, ensuite on choisit des comédiens pour jouer chaque rôle. Les chansons, c’est un peu pareil.

    Déjà en 1972, le jeune et très timide Luc Plamondon met de l’avant la philosophie qui animera la création de ses grandes comédies musicales. À 30 ans, il a déjà écrit des chansons de palmarès, telle Dans ma camaro, chantée par Steve Fiset.

    Mais il ne se doute pas encore qu’il connaîtra une renommée inébranlable avec les mégaproductions Starmania et Notre-Dame de Paris.

    À l’émission Appelez-moi Lise du 29 novembre 1972, l’animatrice Lise Payette a bien des difficultés à obtenir des réponses de l’auteur. Les mots ne lui viennent pas aisément lorsqu’il s’agit de parler de lui-même.

    Pendant l’entretien, il dément être un poète, et se décrit plutôt comme un parolier de chanson.

    Il explique la provenance de son inspiration; les idées lui viennent en marchant à Montréal, en montant le mont Royal, en voyageant. Et voyager, il le fait à profusion pendant sa jeunesse.

    Appelez-moi Lise (audio), 29 novembre 1972

    Entre 1962 et 1964, il séjourne en Europe et en Amérique. Dans les nombreux pays qu’il visite, il apprend l’anglais, l’espagnol, l’allemand et l’italien. Mais il chérit par-dessus tout la langue française.

    Au début des années 1970, l'inspiration lui vient et il compose plusieurs chansons. Il participe également à la composition d’albums de nombreux artistes québécois et français. Parmi ceux-ci, on compte Steve Fiset, Monique Leyrac, Donald Lautrec, Renée Claude et, bien sûr, son indéfectible partenaire Diane Dufresne.

    Le Portneuvois a une approche directe avec ses paroles, qui attire les artistes et qui plaît au public. Dès ses débuts, il collabore avec de nombreux compositeurs pour transposer ses mots sur des airs de rock.

    C’est toutefois sa collaboration avec l’auteur-compositeur-interprète et directeur artistique Michel Berger sur un projet d’envergure qui le propulse vers les étoiles.

    Starmania et la propulsion vers le sommet

    L’idée de Starmania se développe d’abord autour de la production d’un album vinyle double, sorti en 1978. La musique est composée par Michel Berger sur les paroles de Luc Plamondon.

    L’œuvre met en vedette de grands noms de la chanson québécoise et française. On y retrouve Diane Dufresne, Fabienne Thibeault, Nanette Workman, Claude Dubois, France Gall, Daniel Balavoine, Éric Estève et René Joly.

    L’année suivante, le spectacle est mis sur pied au Palais des Congrès de Paris. Le premier véritable opéra rock francophone est entièrement chanté, ce qui inclut également les dialogues.

    À l’émission L’heure de pointe du 18 septembre 1978, l’animateur Winston McQuade s’entretient avec Luc Plamondon. L’album vinyle vient tout juste de sortir et le parolier discute du projet d’opéra rock qui est en branle.

    Il présente la trame de fond du spectacle et explique d’où est tiré le nom Starmania.

    L’heure de pointe, 18 septembre 1978

    L’opéra rock Starmania s'ouvre au Palais des Congrès de Paris le 10 avril 1979. C’est un succès retentissant.

    Les disques avaient déjà été encensés par la critique, mais le spectacle est l’aboutissement fulgurant de quatre années de travail pour Luc Plamondon et Michel Berger.

    L’opéra rock devient un classique de la musique francophone dont l’influence résonne encore plusieurs décennies plus tard à travers le monde.

    Près de vingt après après Starmania, Luc Plamondon revient à la charge avec une autre comédie musicale acclamée, Notre-Dame de Paris. L’œuvre monumentale, qui marquera également des générations, souligne cette année son 20e anniversaire.

    Luc Plamondon en quelques notes pré-Starmania

    • Le parolier est né à Portneuf le 2 mars 1942.
    • Il apprend le piano à l’âge de 10 ans et suit des cours pendant huit ans.
    • De 1962 à 1964, il voyage. Du Mexique, il vit ensuite en France, en Angleterre et en Italie.
    • En 1970, il écrit des chansons pour l’album de Steve Fiset, dont le succès Dans ma camaro. Il rédige également 12 chansons pour Monique Leyrac sur des airs de musiques classiques.
    • En 1972, c’est le début d'une longue collaboration avec Diane Dufresne lorsqu’il écrit des chansons pour son premier album Tiens-toi ben j’arrive. Il lui composera plus de 50 chansons.
    • En 1975, il est récipiendaire du prix du Premier Ministre pour la jeune chanson française en France.
    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts