•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un employé du NPD se moque du président Bush

Radio-Canada

Les efforts des politiciens de l'Ouest pour faire lever les embargos internationaux sur le boeuf canadien sont assombris par un impair diplomatique.

Les efforts des politiciens de l'Ouest pour faire lever les embargos internationaux sur le boeuf canadien sont assombris par un impair diplomatique commis par un employé du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan.

Un mémo envoyé par erreur

Une pétition, lancée par le premier ministre Calvert et adressée au président américain pour lui demander de rouvrir la frontière, a été envoyée aux députés néo-démocrates. Toutefois, l'humour douteux du mémo qui accompagne la pétition soulève l'indignation.

Un employé du NPD a voulu faire un jeu de mots avec le nom du président Bush, qui signifie buisson. Il a qualifié le présient George Bush de président Shrub, ce qui signifie petit arbuste en français. Il a commis ainsi un fâcheux impair diplomatique, lorsque le mémo destiné uniquement aux employés du parti est tombé par erreur entre les mains des médias.

L'opposition est choquée

Il n'en fallait pas plus pour faire bondir le chef de l'opposition officielle en Saskatchewan, Elwin Hermanson.

Le chef du Parti saskatchewannais exige des excuses immédiates du premier ministre Lorne Calvert. Il ajoute que ce faux pas discrédite tous les efforts déployés pour convaincre la Maison-Blanche de rouvrir la frontière au boeuf canadien.

Une erreur de mauvais goût, selon Ralph Goodale

Le ministre fédéral des Travaux publics et député de Regina, Ralph Goodale, croit lui aussi qu'il s'agit d'une grave erreur de jugement.

M. Goodale affirme qu'il désapprouve cet humour de mauvais goût, comme il l'avait fait lorsque la directrice des communications du cabinet de Jean Chrétien avait qualifié George Bush de crétin en novembre dernier.

Pour sa part, le gouvernement saskatchewannais s'excuse et condamne les propos de l'employé du Parti néo-démocrate. Celui-ci fera face à des mesures disciplinaires qui pourraient aller jusqu'au congédiement.