•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fini les tipis devant le palais législatif de Regina, ordonne la cour

Un tipi du camp Justice pour nos enfants volés
Un tipi du camp Justice pour nos enfants volés Photo: Radio-Canada / Olivia Stefanovich
Radio-Canada

Dans un jugement rendu vendredi, la Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan ordonne au camp Justice pour nos enfants volés de quitter le terrain situé devant le palais législatif de Regina, dans le parc Wascana.

La juge Ysanne Wilkinson n’a pas donné raison aux manifestants du camp Justice pour nos enfants volés. Les membres du camp sont obligés de quitter les lieux immédiatement et de démanteler les tipis.

Les manifestants avaient déposé une action en justice, le 16 juillet, affirmant que le gouvernement avait limité leur liberté d'expression quand la police de Regina avait arrêté six membres du camp, un mois plus tôt. Ils estimaient que la descente policière brimait leurs droits en vertu de la Charte des droits et libertés.

Le document de la cour ouvre la porte à la possibilité pour le Service de police de la Ville d'arrêter des membres du camp qui n'obéissent pas à l'ordonnance judiciaire.

Le premier tipi du camp a été installé au mois de février 2018, à la suite de deux jugements dans des affaires de mort de jeunes Autochtones, Colten Boushie, en Saskatchewan, et Tina Fontaine, au Manitoba.

Vendredi après-midi, des membres du camp ont indiqué qu'ils se donnaient jusqu'à lundi pour bien lire le document et ensuite prendre une décision.

Une pancarte indique que le camps est installé depuis 192 jours, devant plus d'une dizaine de tipis.Les membres du camp sont contraints de quitter les lieux immédiatement et de démanteler les tipis. Photo : Radio-Canada / DAMIEN GRAPTON

La Cour devait également se pencher sur l’action en justice que le gouvernement de la Saskatchewan avait déposée le 17 juillet contre le campement et contre le chef de police de Regina, Evan Bray, pour ne pas avoir démantelé le camp de façon permanente.

Le gouvernement satisfait

Dans un communiqué, le ministre des Services centraux, Ken Cheveldayoff, a déclaré qu’il espérait que les manifestants respectent sans tarder la décision de la Cour.

Nous sommes satisfaits de la décision prise par la Cour.

Ken Cheveldayoff, ministre des Services centraux de la Saskatchewan

« S'ils ne respectent pas l'ordonnance du tribunal, l'autorité du centre Wascana et la police [ont] toute l'autorité nécessaire pour retirer ces structures », a indiqué le ministre.

La police veut un règlement pacifique

Dans un communiqué, le service de police de Regina a confirmé avoir reçu la décision de la cour. Son chef, Evan Bray, affirme qu'il commencera par prendre le temps de bien lire le document. Il estime que les partis ciblés par la décision de vendredi auront la chance de discuter avant d'en venir à l'exécution de la loi. Le chef de police rappelle que le but est d'en arriver à un règlement pacifique.

Saskatchewan

Autochtones