•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire veut mettre en place une alternative québécoise à Netflix

Le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois

Gabriel Nadeau Dubois (Archives)

Photo : Radio-Canada / Vianney Leudière

Radio-Canada

Un gouvernement de Québec solidaire (QS) créerait une plateforme numérique pour les jeunes qui pourrait offrir une alternative de qualité, en français, aux géants Netflix et YouTube.

C’est Télé-Québec qui aura le mandat de développer cette plateforme, au coût de 15 millions de dollars. Cette mesure devrait en outre créer « des centaines d’emplois » pour des comédiens, réalisateurs et musiciens, entre autres.

« Il est temps de s’assurer que tous les jeunes aient accès à l’art et aux milliers d’événements culturels qui ont lieu chaque année au Québec, qu’ils grandissent à Rouyn-Noranda, à Québec ou à Montréal-Nord », a soutenu par voie de communiqué le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

Selon une analyse de The Economist, Netflix dépensera plus de 12 milliards de dollars américains pour du nouveau contenu en 2018. Cela comprend des films et des séries pour adultes et pour enfants.

En mai dernier, Radio-Canada, TV5 Québec Canada, Groupe V Média, Bell Média et l'Office national du film du Canada (ONF) avaient annoncé faire front commun contre les géants américains, Netflix en tête, en offrant plus de 700 heures de contenus sur la plateforme ICI Tou.tv Extra.

Michel Bissonnette, vice-président principal de Radio-Canada, avait aussi indiqué que « d'autres partenaires comme Télé-Québec » pourraient décider de se joindre à l'initiative dans un avenir proche.

Plus de sorties culturelles pour les jeunes

La proposition de QS fait partie de sa politique culturelle pour la jeunesse, qui comprend également quatre sorties par année gratuites pour les élèves du primaire et du secondaire.

M. Nadeau-Dubois a souligné que le nombre de sorties culturelles avait chuté à la suite d'une directive du ministre de l'Éducation exigeant la gratuité pour toute activité de la sorte dans le cadre scolaire.

« C’est une catastrophe pour le milieu culturel et pour les jeunes de partout au Québec », a-t-il ajouté.

Enfin, le troisième volet de cette politique, à laquelle le parti réserve 47 millions de dollars, comprend 6 millions de dollars pour le Conseil des arts et des lettres du Québec, afin qu’il s’engage à développer une offre artistique pour le jeune public.

Pour cette annonce, qui avait lieu au Conservatoire d’art dramatique de Québec, le co-porte-parole de QS était accompagné de la candidate de son parti dans Taschereau, l’auteure jeunesse Catherine Dorion.

Le terroir sur les tablettes de la SAQ

De son côté, la co-porte-parole Manon Massé se trouvait, en matinée, au vignoble bio Clos Saragnat, à Frelighsburg, en Estrie, afin de procéder à une annonce concernant la valorisation des produits québécois à la Société des alcools du Québec (SAQ).

Le parti promet de mettre sur pied une Politique nationale des alcools du terroir et de renouveler le mandat de la société d'État afin qu'elle puisse vendre davantage de produits régionaux à prix moindre.

« Il y a en ce moment au Québec un boom de production d’alcools du terroir. La solution pour développer des produits régionaux de qualité, c’est d’y avoir accès », a affirmé Mme Massé par communiqué.

« On va faire du pouce sur la "success story" québécoise des microbrasseries [...] et envoyer un signal clair aux petits producteurs : la SAQ appuiera votre développement », a-t-elle indiqué.

Québec solidaire s’engage également à conserver la société d’État dans le giron public, « alors que le PLQ et la CAQ flirtent avec l’idée de privatiser la SAQ », a-t-on fait savoir.

Politique provinciale

Politique