•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ promet 2,6 milliards pour revitaliser l'est de Montréal

Le chef de la CAQ, François Legault, en compagnie de sa candidate Chantal Rouleau.

François Legault était avec sa candidate dans Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, pour son annonce concernant l'est de Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Mathieu Potvin

Radio-Canada

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) injecterait 2,6 milliards de dollars pour donner un nouveau souffle à l'est de Montréal. François Legault promet notamment de s'attaquer aux problèmes de contamination des terrains.

Un texte de Julie Marceau (Nouvelle fenêtre)

Le projet sur trois axes, annoncé vendredi dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles, prévoit une seule nouvelle promesse : la création d'un fonds de 200 millions de dollars pour décontaminer les terrains dans l'est de l'île.

Un gouvernement caquiste créerait un fonds géré par Investissement Québec qui établirait la liste complète des terrains à décontaminer en partenariat avec les autorités municipales.

La CAQ a également réitéré sa volonté de moderniser la rue Notre-Dame et de mettre en place un tramway pour décongestionner Montréal.

Une promesse déjà chiffrée dans un plan de 10 milliards annoncé en juin pour décongestionner la métropole.

La contamination, un « gros problème »

« La contamination, c’est l’un des plus gros problèmes à Montréal », explique Véronique Doucet, directrice du Service du développement économique de la Ville de Montréal, en entrevue avec Radio-Canada.

Les coûts pour l’agglomération de Montréal s’élèvent d'ailleurs à des centaines de millions de dollars, selon les estimations les plus récentes.

Dans l’est de la métropole, la situation est particulièrement criante, selon la haute fonctionnaire, puisque les terrains sont « lourdement contaminés ».

L'hiver dernier, le gouvernement Couillard a annoncé une subvention additionnelle de 75 millions de dollars pour que Montréal réhabilite ses terrains d’ici 2022.

À la Ville, on fait remarquer que l’enveloppe accordée par Québec s’applique à l’ensemble de l’île, alors que l’annonce du chef de la CAQ viserait uniquement l’est de Montréal.

Ce ne serait pas de trop. Ce qui est dommage, c’est que c’est destiné uniquement à l’est.

Véronique Doucet, directrice du Service du développement économique de la Ville de Montréal

L'un des problèmes rencontrés par Montréal à l'heure actuelle est que seuls les propriétaires ont accès à la « caractérisation des terrains », soit leur degré de contamination.

« Plusieurs entreprises optent pour des procédés qui sont plus longs, parce que cela coûte moins cher », expose la gestionnaire.

« Le besoin est là, donc on va tout prendre [toutes les annonces d'investissements]. C’est l’un des principaux freins au développement, particulièrement dans l’est », explique la directrice.

Des rencontres « terrain » avec la mairesse Valérie Plante

François Legault a rencontré en fin d'avant-midi la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Il s'agissait de la première rencontre de la mairesse avec un chef depuis le début de la campagne électorale. D’autres rencontres sont prévues, mais les dates ne sont pas fixées pour l’instant.

M. Legault s'est notamment dit ouvert à un projet de ligne rose, en autant qu'il soit en surface, marquant ainsi un changement de ton par rapport à ce qu'il soutenait auparavant.

Nouveauté cette fois-ci dans ce genre de rencontres : Valérie Plante voulait briser la tradition du maire qui reçoit habituellement les chefs à l'hôtel de ville. Elle a donc proposé aux partis de les rencontrer sur le terrain.

Valérie Plante bouge ses mains en expliquant l'importance de mieux réfléchir la mobilité.

Valérie Plante compte jouer un « rôle actif » dans la campagne électorale provinciale qui s'annonce au Québec. À sa gauche, le chef de la CAQ François Legault.

Photo : Radio-Canada / Étienne Côté-Paluck

Politique provinciale

Politique