•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ s’active dans Rosemont pour aider son chef

Des bénévoles attendant l'arrivée de M. Lisée, devant son local électoral.

Le local électoral de Jean-François Lisée est situé rue Beaubien, un peu à l'est du boulevard Pie-IX.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Jérôme Labbé

Loyale au Parti québécois depuis 1994, la circonscription montréalaise de Rosemont fait aujourd'hui l'objet de toutes les convoitises. Les sondages laissent entrevoir une course à quatre. Mais Jean-François Lisée n'a pas encore dit son dernier mot.

Jeudi après-midi, Jean-François Lisée débarque à son local électoral de Rosemont, rue Beaubien, entre la 23e et la 24e Avenue. C’est la quatrième fois que la caravane péquiste s’arrête dans Rosemont en 15 jours de campagne – un dévouement inhabituel pour le chef d’un parti qui aspire à gouverner.

« C’est mon rôle de député, tout simplement, peu importe que je sois 10 points d’avance […] ou que ce soit serré », explique-t-il. « Je fais mon travail de candidat dans Rosemont pour être député dans Rosemont. »

Le chef péquiste tient un nourrisson dans ses bras.

Jean-François Lisée s'est prêté au jeu des caméras lors de sa visite du local électoral du PQ dans Rosemont, jeudi.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

M. Lisée s’engouffre dans une petite salle pour une entrevue d’une demi-heure avec un média local. Pendant ce temps, la presse nationale fait le pied de grue.

Le local électoral ressemble à n’importe quel local électoral. À l’entrée : une table, des fiches de disponibilités pour les bénévoles, des macarons et une pile de brochures. Plus loin, des listes d’électeurs et des téléphones à cordon. Ici et là, quelques drapeaux du Québec, et une vingtaine de militants, plantés là, à attendre qu’on les laisse travailler en paix.

Olivier Millette s’implique bénévolement pour le PQ. T-shirt à l’effigie du parti sur le dos, il s’occupe des téléphonistes qui font du pointage. « Il y a beaucoup d’indécis, dit-il. Ils attendent de voir le débat… »

C’est qu’il y a maintenant « des nouveaux partis », explique Manon Robidoux, une autre bénévole. Des partis comme Québec solidaire? « Oui, mais je pense aussi à François Legault, avec la CAQ, qui propose plein de choses », répond-elle.

La bénévole est posée devant une affiche où l'on peut lire « Sérieusement », le slogan du PQ.

Manon Robidoux

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

La circonscription est prise d’assaut, résume Donald Laplante, qui s’implique lui aussi dans la campagne locale du chef péquiste. « Québec solidaire cherche à gagner du terrain », observe-t-il.

Après avoir fait élire des députés dans Mercier (Amir Khadir) et dans Gouin (Gabriel Nadeau-Dubois) – deux circonscriptions voisines –, QS est aux portes de Rosemont. « Ils essayent de damer le pion à Jean-François Lisée, mais je pense que ça n’arrivera pas », prédit M. Laplante.

Affecté au pointage, Daniel Rousseau opine du bonnet. Selon lui, Vincent Marissal, le candidat de QS, « est très mal pris ». « La plupart des gens, ce qu’ils disent, c’est que c’est un chum à Trudeau », se réjouit-il, faisant référence au flirt de l’ex-chroniqueur de La Presse avec le PLC avant de faire le saut avec Québec solidaire.

Le bénévole est posé devant une série de bureaux à cloisons téléphoniques.

Daniel Rousseau

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Le parti fondé par Amir Khadir et Françoise David demeure néanmoins très visible dans la circonscription, constate Claude Laforce, qui pose des pancartes péquistes et bloquistes dans Rosemont à chaque élection depuis 1998. « C’est sûr qu’ils ont mis de la grosse pancarte, et puis en plus grand nombre », remarque-t-il.

Deux pancartes, l'un par-dessus l'autre : celle de Vincent Marissal, en haut, et celle de Jean-François Lisée, en bas.

Les pancartes de QS sont un peu plus larges que celles du PQ dans Rosemont.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Mais réduire la course dans Rosemont à un simple duel entre le Parti québécois et Québec solidaire serait terriblement réducteur, selon Jean-Pierre Sylvain, directeur de l’organisation de la campagne locale de Jean-François Lisée.

Ce n’est pas une lutte à deux, ça c’est clair.

Jean-Pierre Sylvain

Car la circonscription, explique-t-il, est divisée en différents secteurs, très différents les uns des autres.

À l’est de Pie-IX, par exemple, on retrouverait un électorat généralement plus vieux et plus multiculturel, plus enclin à voter pour le Parti libéral, à l’instar de la circonscription voisine d’Anjou–Louis-Riel.

Dans le Vieux-Rosemont – un secteur qui s’embourgeoise –, les électeurs seraient plus sensibles aux arguments de Québec solidaire, tandis qu’avec ses condos huppés, le Technopôle Angus attirerait une clientèle rappelant celle du 450, plus perméable aux idées de la Coalition avenir Québec.

M. Sylvain garde toutefois bon espoir de l’emporter grâce au « bloc solide » de votants péquistes répartis aux quatre coins de la circonscription.

« Nous, on suit notre plan, et puis les autres, ils feront ce qu’ils voudront, lance-t-il. Je ne me laisse pas distraire, ni par des chiffons rouges ni par des chiffons jaune orange, pour reprendre l’expression de [l’ex-premier ministre] Bernard Landry. »

Il y a toutefois plus d’indécis cette année qu’auparavant, concède M. Sylvain. « D’expérience, je vous dirais que cette année, c’est vraiment beaucoup. Et ce n’est pas ma première campagne. »

Notre dossier sur les élections provinciales 2018 au Québec

Heureusement, les électeurs indécis de Rosemont auront la chance de se faire une opinion le mardi 11 septembre, lors d’un débat organisé par la Corporation de développement communautaire (CDC) auquel le chef péquiste a accepté de participer.

Jean-François Lisée représente la circonscription de Rosemont à l’Assemblée nationale depuis 2012. Il a célébré son sixième anniversaire de députation mardi dernier, le 4 septembre.

Premier ministre ou pas, M. Lisée a promis qu'en cas de victoire dans Rosemont, le 1er octobre, il resterait en poste jusqu'aux prochaines élections à titre de député. « Il n'y pas de scénario où je ne fais pas mon mandat pour les gens de Rosemont », a-t-il lâché, lundi.


Résultats de l’élection de 2014 dans Rosemont :

  • Jean-François Lisée (PQ) : 34,27 % (1598 voix de majorité)
  • Thiery Valade (PLQ) : 29,96 %
  • Jean Trudelle (QS) : 18,68 %
  • Carl Dubois (CAQ) : 14,16 %

Candidats à l'élection de 2018 dans Rosemont :

  • Jean-François Lisée (PQ)
  • Agata La Rosa (PLQ)
  • Vincent Marissal (QS)
  • Sonya Cormier (CAQ)

Politique provinciale

Politique