•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois générations de collégiens

Michel, Chloé et Réal Forest représentent trois générations de collégiens à Gravelbourg.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour Réal, Michel et Chloé Forest, le Collège Mathieu représente une étape importante de leur vie. Cependant, pour le père, le fils et la petite-fille, les souvenirs ne sont pas tous les mêmes, puisqu'ils ont vécu des périodes bien différentes au Collège.

« J'aimerais être née plus tôt, pour avoir eu la chance de vivre ce temps-là. Dans les années 80, il y avait des sports, la grosse école privée et les dortoirs et tout ça », affirme Chloé Forest. Cette dernière souhaite étudier pour devenir thérapeute sportive.

Chloé Forest n'a pas vécu le Collège sous sa forme privée, avec les oblats et l'affiliation à l'Université d'Ottawa. Elle connaît l'École Mathieu qui appartient depuis 2003 au Conseil des écoles fransaskoises, connu avant sous le nom de la Division scolaire francophone. Elle entame sa 12e année.

Son père, Michel Forest, est un ancien élève du Collège Mathieu. Il enseigne maintenant à l'École Mathieu de Gravelbourg. Il se souvient que, lorsqu'il était au Collège, il y avait de l'action dans les locaux du Collège Mathieu après l'école et même durant les fins de semaine. Maintenant, il dit être conscient que ce n'est pas la même chose pour sa fille.

Ce n'est peut-être pas la vie collégiale comme à l'époque, mais c'est encore dans les mêmes installations. Il y a une grande fierté de voir non seulement qu'ils viennent ici, mais qu'ils poursuivent leur éducation en français.

Réal Forest

Le grand-père de Chloé, Réal Forest, le père de Michel, est un ancien élève du Collège qui a connu l'époque du cours classique. Il a aussi été directeur du Collège. Il est conscient que le fait que les jeunes en Saskatchewan décident d'entreprendre leurs études en français n'est pas acquis.

Le logo du Collège Mathieu

Le marron est une couleur importante pour le Collège Mathieu.

Photo : Radio-Canada

Quoi qu'il en soit, il a fait partager sa passion pour la langue à son fils, Michel Forest. Ce dernier souligne qu'il aime bien rappeler cette phrase : « Si on me coupe, je saigne marron, non pas rouge, parce que j'ai toujours eu le Collège à coeur. »

Saskatchewan

Éducation