•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À bout de souffle, le foyer de Bellevue lance un cri d'alarme

Une voiture noire est devant un immeuble à Saint-Isidore de Bellevue, en Saskatchewan.
Le foyer pour personnes âgées de Saint-Isidore de Bellevue, en Saskatchewan, pourrait mettre la clé sous la porte après 14 ans en raison d'un manque de résidents. Photo: Fournie par Jennie Baudais
Radio-Canada

La situation au foyer de Bellevue serait critique au point qu'une consultante craint que l'établissement ne ferme ses portes d'ici le 1er novembre en raison d'un manque de résidents.

Un texte d'Omayra Issa

Ouvert en 2004, l'établissement est un socle pour cette communauté fransaskoise, située à 107 km au nord de Saskatoon. Il s’agit d’un des seuls centres pour personnes âgées francophones en Saskatchewan.

Pas assez de résidents, pas assez d’argent

Le foyer qui peut accueillir 18 résidents depuis de récentes rénovations, en compte seulement 10 à l'heure actuelle. « Le foyer ne peut pas continuer avec 10 [résidents]. Il faut un minimum de 12 [résidents] pour que le foyer soit viable », explique Jennie Baudais, consultante auprès du foyer.

Jennie Baudais dans un couloir où des tableaux sont accrochés.Pour sauver le foyer, Jennie Baudais appelle le public à faire des dons. Photo : Radio-Canada / Omayra Issa

Les frais d'exploitation de la résidence s'élèvent à environ 24 000 $ par mois, selon Mme Baudais, et chaque résident paie environ 2000 $ par mois. « À 10, ça fait 20 000 $, ça ne couvre pas toutes les dépenses. On est un peu pris », précise-t-elle.

C'est rendu à un point où c'est presque une crise.

Jennie Baudais, consultante

Cette situation, qui dure depuis sept à huit mois, est d'autant plus alarmante que la communauté a investi environ 1 million de dollars pour fonder le foyer, selon Jennie Baudais.

« On ne veut vraiment pas laisser tomber le foyer maintenant. On a trop investi. Mais c’est quoi, la solution? », dit-elle.

Conditions routières mises en cause

Jennie Baudais croit que la mauvaise qualité de la route principale qui passe par Saint-Isidore de Bellevue, soit l'autoroute 225, décourage les familles à placer leurs proches dans le foyer.

Il n'y a pas de chemin qui se rend à Bellevue. Les rues sont tellement terribles que personne ne veut venir.

Jennie Baudais, consultante

Mme Baudais demande au gouvernement saskatchewanais de réparer cette route, en piètre état depuis des années.

Pour sa part, la province indique dans un message envoyé à Radio-Canada que le ministère de la Voirie et des Infrastructures travaille avec la municipalité rurale de Saint-Louis pour améliorer les conditions d'une portion de l'autoroute.

Une salle commune du foyer de Bellevue vide.Le foyer de Bellevue permet aux personnes âgées de résider gratuitement pendant deux semaines dans ses locaux. Photo : Radio-Canada / Omayra Issa

La province ajoute qu'elle effectue des travaux de maintien de l’autoroute 225 toutes les deux semaines.

Le préfet de la municipalité rurale de Saint-Louis, Emile Boutin, indique que des travaux sont effectivement en cours près de l’autoroute 225. Si le projet dure pourtant depuis des années, il est convaincu que les travaux seront terminés d’ici la fin de l’automne.

Des résidents ont peur de quitter leur foyer

Lydia Gaudet, une résidente de 93 ans, ne veut pas quitter le foyer où elle dit se sentir chez elle.

J’ai peur [que] le foyer ferme.

Lydia Gaudet, une résidente

Elle raconte qu’elle aime la nourriture qu'on y sert, participer à des activités comme le bingo ou encore lire.

Une femme âgée (à gauche) et un homme (à droite) posent devant l'objectif dans une chambre. Lydia Gaudet (à gauche) 93 ans, et son fils, Léo Gaudet (à droite) ne veulent pas que le foyer ferme ses portes. Photo : Radio-Canada / Omayra Issa

Son fils, Léo Gaudet, est extrêmement ému et sous le choc. Il espère que la situation va se régler. Sinon, il sera obligé d’héberger sa mère chez lui.

« Venez voir notre foyer »

À bout de souffle, le foyer réfléchit à des solutions durables. Jennie Baudais appelle le public à faire des dons. Elle a surtout un message à leur transmettre.

« Venez passer l’hiver avec nous. Venez voir notre foyer. Si vous connaissez des gens qui sont seuls à la maison, qui pourraient profiter d’être dans un foyer de soins pour personnes âgées, dites-leur. Encouragez-les à venir voir », exhorte-t-elle.

Le foyer de Bellevue permet aux personnes âgées de résider gratuitement pendant deux semaines dans ses locaux.

« Tu vas là, tu as [de] la bonne nourriture. Le plus important pour les aînés, c’est l’intégration sociale. Si tu viens au foyer, il n’y a aucun stress. Il y a des activités sociales. Tout est fait pour toi. Tu as une nouvelle liberté », promet Jennie Baudais.

Saskatchewan

Société