•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Elle s'appelait tout simplement Lise

    Plan rapproché de l'animatrice Lise Payette qui tient un fume-cigarette contenant une cigarette allumée entre ses lèvres.

    Lise Payette, grande figure de Radio-Canada, est décédée le 5 septembre 2018 à l'âge de 87 ans.

    Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

    Radio-Canada

    Lise Payette nous a quittés. Femme de cœur, mais aussi de tête et de conviction, elle a rayonné de multiples manières sur nos petits écrans pendant plusieurs décennies. Radio-Canada conserve de nombreux témoignages de son activité débordante au sein de la télévision publique canadienne.

    Lise Payette fait sa place

    C’est dans les années 1960, après un séjour à Paris, que Lise Payette entre à la radio de Radio-Canada. Elle anime tout d’abord l’émission Place aux femmes. Cette émission, qui existe de 1965 à 1972, donne en priorité une voix aux femmes.

    Lise Payette entend aussi l'utiliser cette tribune pour promouvoir l’éducation populaire du public canadien, un sujet qui lui tient à cœur.

    Place aux femmes, 5 décembre 1965

    Le 5 décembre 1965, Place aux femmes est exceptionnellement enregistrée à la télévision au restaurant Hélène-de-Champlain situé sur l’île Sainte-Hélène. L’émission spéciale est consacrée à l’Exposition universelle qui ouvrira ses portes à Montréal en 1967.

    Devant un parterre presque entièrement constitué de femmes, Lise Payette présente ses invités.

    Elle est accompagnée par un coanimateur, l’acteur Guy Provost. La présence de Guy Provost semble de nos jours un peu incongrue quand on songe au titre, sinon à l’esprit de l’émission.

    Lise Payette a toujours porté avec ardeur le flambeau féministe. De plus, elle n’avait pas la langue dans sa poche.

    Ses convictions et ce trait de caractère l’ont amenée à croiser le fer, souvent avec ironie et humour, avec des collègues masculins au discours plutôt machiste.

    Femmes d’aujourd’hui, 31 décembre 1968

    L’occasion d’un tel duel s’est présentée, le 31 décembre 1968, à Femmes d’aujourd’hui. L’animatrice Aline Desjardins présente alors ce qu’elle qualifie de « prise de bec » entre Lise Payette, la féministe, et Guy Fournier, l'incorrigible séducteur.

    Le sujet à débattre est si la femme libérée doit transformer l’homme en objet. L’échange est savoureux, car plein d’ironie et de répliques du tac au tac.

    Moi, je trouve que c’est un luxe à se payer que d’être un homme-objet.

    Guy Fournier parlant à Lise Payette

    Ça vous vaudra rien à vous. Vous n’avez pas le genre.

    Lise Payette répliquant à Guy Fournier

    De toute façon, si jamais j’achète un homme-objet, ça sera vous que je choisirais pour sortir mes poubelles, pour faire ma vaisselle, pour faire mon lavage, mon repassage, laver mes planchers. Ce serait extraordinaire.

    Lise Payette répliquant à Guy Fournier

    Entre 1967 et 1975, à chaque Saint-Valentin, Lise Payette couronne en ondes le plus bel homme du Canada. Des vedettes masculines comme Jacques Boulanger, Bernard Derome et Pierre Lalonde jouent le jeu. Tous descendent de bonne grâce l’escalier pour recevoir la palme des mains de Lise Payette.

    Ce renversement des rôles qui se déroule au petit écran confirme l’importance de Lise Payette comme porte-parole du mouvement féministe au Québec.

    Montage d'archives, Appelez-moi Lise, 1972-1976

    Mais la consécration comme animatrice, Lise Payette l'atteint avec Appelez-moi Lise. Produite de 1972 à 1975, l’émission de fin de soirée fait exploser les cotes d’écoute à la télévision de Radio-Canada.

    Comme on le voit dans ce montage, Appellez-moi Lise est un rendez-vous incontournable pour les personnalités du Québec. De plus, Lise Payette interviewe plusieurs étoiles internationales, dont Michel Piccoli, Marcello Mastroianni, Joséphine Baker, entre autres.

    Lise Payette quitte le métier d’animatrice en 1975. Après une incursion dans la politique, elle devient une auteur prolifique de téléromans à succès pour Radio-Canada.

    Ses thèmes de prédilection tournent presque toujours autour de la lutte pour l'égalité entre les hommes et les femmes. Son travail à la radio et à la télévision de Radio-Canada a fortement contribué à l’évolution des rapports entre les Québécoises et les Québécois.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts