•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année exceptionnelle pour la canoéiste Laurence Vincent-Lapointe

Une femme, blonde, sourit à la caméra en montrant ses trois médailles d'or pendues à son cou.

De retour en Mauricie, Laurence Vincent-Lapointe pose fièrement avec ses médailles gagnées aux Championnats du monde de canoë-kayak de l'ICF, au Portugal.

Photo : Radio-Canada / Claudie Simard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois médailles d'or, c'est ce que rapporte l'athlète de la région Laurence Vincent-Lapointe des Championnats du monde de canoë-kayak de vitesse, qui ont eu lieu à la fin du mois d'août au Portugal. Pas de répit cependant pour la jeune femme de 26 ans qui pense déjà aux entraînements en vue des Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Un texte de Claudie Simard

À peine revenue du Portugal où elle a remporté trois médailles d’or, la canoéiste est de retour à l’entraînement au club de Trois-Rivières.

La saison n’est pas finie puisque d’autres compétitions sont à venir. Pourtant, le bilan est déjà impressionnant.

J’ai eu une excellente année, dit-elle d’emblée. Une année qu’elle qualifie de « parfaite ».

Dès la première compétition, j’ai commencé à faire des records du monde. Je me suis vraiment beaucoup entraînée cet hiver et ça a paru.

Une citation de : Laurence Vincent-Lapointe

Elle vient d’ajouter trois titres de championne du monde à sa collection, ce qui porte le total à treize. Une de ses médailles d’or sort du lot : celle qu’elle vient de gagner dans une discipline inhabituelle pour elle, la course de 5 km.

J’ai fait un 5 km alors que ma spécialité, c’est 200 m , dit-elle en riant. Un défi bien différent qu’elle a su relever avec brio an remportant la première place.

La canoéiste Laurence Vincent-Lapointe, treize fois championne du monde, estime avoir vécu une année exceptionnelle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La canoéiste Laurence Vincent-Lapointe, treize fois championne du monde, estime avoir vécu une année exceptionnelle.

Photo : Radio-Canada

Vers les Jeux olympiques de Tokyo

L’athlète vise maintenant les prochains Jeux olympiques de Tokyo en 2020 où il y aura une catégorie féminine pour les courses de canoë pour la première fois.

Après avoir passé de nombreuses années à mettre ses études au premier plan, la jeune femme de 26 ans inverse désormais ses priorités.

C’est maintenant le sport avant tout. C’est pour ça que j’ai pris mes études à temps partiel.

Une citation de : Laurence Vincent-Lapointe, athlète

L’étudiante de l’Université du Québec à Trois-Rivières a tout de même un baccalauréat en sciences biomédicales en poche, alors qu’elle poursuit d'autres études en sciences infirmières à temps partiel.

Avec toutes les médailles qu’elle a remportées au cours des dernières années, il en manque par contre toujours une à sa collection : celle des olympiques.

C’est certainement celle qui manque! dit-elle. En fait, vu que je ferai probablement deux courses aux olympiques, j’aimerais en ajouter deux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !