•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition veut interdire le chauffage au mazout

Lionel Perez.

Le chef d'Ensemble Montréal, Lionel Perez, aimerait que la Ville interdise le chauffage au mazout.

Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'opposition officielle à l'hôtel de ville de Montréal réclame l'interdiction du chauffage au mazout dès cette année dans les nouvelles constructions et à compter de 2028 dans l'ensemble des bâtiments.

Le parti Ensemble Montréal rappelle que le chauffage au mazout est trois fois plus polluant que le chauffage au bois et que la Ville s'est engagée à réduire de 80 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 par rapport à 1990.

Le chef de l'opposition, Lionel Perez, recommande donc « un geste immédiat » : interdire l’utilisation du mazout dans « toute nouvelle construction ».

Cependant, « pour tous ceux qui l’ont actuellement, on est compréhensifs, dit-il. On comprend qu’il y a une durée de vie utile. »

« On veut se donner le temps, avec le gouvernement du Québec, de permettre à toute la population montréalaise de faire un transfert » vers des formes de chauffage moins polluantes.

La motion d'Ensemble Montréal pour interdire le chauffage au mazout doit être déposée à la prochaine séance du conseil municipal, le 17 septembre.

Diversité dans les organismes

L'opposition officielle déposera aussi une motion pour augmenter la représentation de minorités visibles dans les sociétés paramunicipales.

La mairesse Valérie Plante avait convenu le mois dernier qu’« il y a un problème de représentation » dans les institutions montréalaises.

Une table sur l’inclusion a été mise en place à la fin de l’année dernière afin de lutter contre les différentes formes de discrimination.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !