•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès de Lise Payette : les réactions à Québec

Lise Payette sur le plateau de <i>Tout le monde en parle </i> en 2016

Lise Payette sur le plateau de Tout le monde en parle en 2016

Photo : Radio-Canada/Karine Dufour

Radio-Canada

Le décès de l'auteure, journaliste et ex-politicienne Lise Payette suscite des réactions à Québec.

Jacques Joli-Coeur a été responsable du protocole au ministère des Affaires internationales sous le gouvernement Lévesque de 1979 à 1984.

Il se rappelle que la féministe a été la première femme à entrer par la porte principale du club privé du Cercle de la garnison de Québec en 1984. Auparavant, elles devaient entrer par une porte de service.

« C'est elle qui a fait changer ça, comme elle a fait changer bien des choses dans notre société. C'est un grand deuil pour la société québécoise. C'était une grande dame », a-t-il déclaré.

Lise Payette bousculait les normes ajoute-t-il, notamment lorsque venait le temps d'assigner des places lors de réceptions importantes du gouvernement.

« Madame Payette nous disait chaque fois que ce n'était pas pour ainsi dire de nos affaires de demander qui était son compagnon ou sa compagne! Nous prenions ça avec un grain de sel. »

La plus grande féministe de cœur, dit Guy Bertrand

Militant souverainiste, puis fédéraliste, puis reconverti à la souveraineté, l’avocat Guy Bertrand insiste sur la contribution de Lise Payette à la culture québécoise.

« Ce que je retiens le plus, c’est cette femme qui défendait envers et contre tous l’importance pour un petit peuple en Amérique du Nord de la langue et de la culture », a témoigné M. Bertrand.

L'avocat Guy Bertrand en 2014Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'avocat Guy Bertrand en 2014

Photo : La Presse canadienne / PC/Clément Allard

Après son élection en 1976, Lise Payette sera celle qui introduira la Société d’assurance automobile du Québec. Le régime du « no fault » a eu un impact considérable sur les affaires, se rappelle l’avocat dont la pratique reposait en majorité sur des cas d’accidents d’automobile.

« Même si ça a affecté notre propre cabinet, personnellement j’étais d’accord avec ça, parce qu’avant ça il y avait beaucoup de mensonges devant les tribunaux », se rappelle-t-il.

La néophyte rapidement devenue spécialiste

Car plusieurs doutaient.

Haut fonctionnaire puis ministre du gouvernement Lévesque, Claude Morin ne croyait pas que Lise Payette, alors néophyte en politique, pourrait aboutir d’une réforme. L’opposition des entreprises du domaine de l’assurance était « énorme » à l’époque, mais la ministre a tenu bon.

Elle a tenu bon. Le régime [du no fault] s’est installé malgré l’opposition et c’est encore celui-là qu’on a aujourd’hui. Il y a des critiques ponctuelles, mais c’est un maudit bon système.

Claude Morin, ex-ministre péquiste

« Elle a étudié ce qui se faisait partout dans le monde, elle s’est fait conseiller par des experts et elle est devenue une spécialiste de l’assurance automobile. On pouvait lui poser des questions et elle répondait tout de suite. Ça m’a épaté », confie M. Morin.

Un choc

L’historien Denis Vaugeois Denis Vaugeois était assis à côté de Lise Payette autour de la table du conseil des ministres de 1978 à 1981.

Il se rappelle d’une femme qui, derrière son assurance, vivait grand nombre de questionnements.

Denis Vaugeois, lors d'un passage à Radio-CanadaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Denis Vaugeois, lors d'un passage à Radio-Canada

Photo : Radio-Canada

Il y avait deux Lise Payette, la femme publique avec son caractère frondeur et il y avait la femme fragile.

Denis Vaugeois, historien et ex-ministre péquiste

« Je la sentais souvent inquiète. Elle avait l’air de ne jamais douter de rien, mais dans son for intérieur, c’était le contraire. Elle se questionnait beaucoup parce qu’elle voulait bien faire et elle était perfectionniste », se remémore M. Vaugeois.

À consulter également : Rappelez-moi Lise

Québec

Égalité des sexes