•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les deux Corées se retrouveront à Pyongyang du 18 au 20 septembre

Le président sud-coréen Moon Jae-in serre la main du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un lors de leur sommet au village de Panmunjom, en Corée du Nord le 27 mai 2018.
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in se sont déjà rencontrés cette année sur la DMZ, la zone démilitarisée qui sépare les deux pays. Photo: Reuters / KCNA KCNA
Radio-Canada

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et son homologue sud-coréen Moon Jae-in discuteront du désarmement nucléaire lors d'un sommet à Pyongyang du 18 au 20 septembre, a annoncé Séoul jeudi.

Le conseiller sud-coréen à la Sécurité nationale, Chung Eui-yong, qui s'est rendu à Pyongyang mercredi pour rencontrer le dirigeant nord-coréen, a indiqué que Kim Jong-un a réaffirmé son engagement pour une « dénucléarisation complète » de la péninsule.

L'émissaire sud-coréen a ajouté que Kim Jong-un a exprimé son intention « de travailler étroitement avec les États-Unis pour réaliser cet objectif ».

Les dirigeants des deux Corées se sont déjà rencontrés cette année dans la zone démilitarisée qui sépare les deux pays, une première fois en avril pour un sommet, puis une autre fois en mai. Ils s'étaient entendus pour tenir leur prochaine rencontre dans la capitale nord-coréenne en septembre.

Au début du mois d’août, des enquêteurs indépendants avaient affirmé que la Corée du Nord poursuivait ses programmes balistique et nucléaire, malgré les sanctions onusiennes. Dans leur rapport confidentiel, publié après une enquête de six mois, les experts expliquent que le régime nord-coréen cherche toujours à vendre des armes à d’autres pays, notamment à l'Afrique et au Moyen-Orient, dont le Yémen.

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a vite réagi en demandant à la communauté internationale de « maintenir la pression diplomatique et économique » sur Pyongyang. Une déclaration aussitôt dénoncée par les autorités nord-coréennes, au moment où les relations entre Kim Jong-un et le président américain semblaient s'être réchauffées.

Lors de leur rencontre historique le 12 juin à Singapour, Donald Trump et Kim Jong-un étaient parvenus à un compromis en faveur d'une « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne », sans en livrer les détails.

Depuis, les négociations entre les deux pays ne semblent pas avancer et Washington a annulé le déplacement en Corée du Nord du secrétaire d'État Mike Pompeo.

En dépit de ces couacs, les autorités nord-coréennes affichent un ton optimiste, notamment en ce qui a trait aux relations avec son voisin du Sud.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Politique internationale

International