•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures souhaitées pour maintenir les artistes en région

Luc Fortin, Véronique Vigneault, André Bachand et Christine Labrie sont assis à une table devant des micros.

Les candidats estriens Luc Fortin (PLQ), Véronique Vigneault (PQ), André Bachand (CAQ) et Christine Labrie (QS) devaient répondre à des questions provenant du Conseil de la culture de l'Estrie et du public au sujet des efforts qu'ils consacreraient pour le financement de la culture au Québec et en Estrie, s'ils étaient élus le 1er octobre prochain.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Près d'une centaine de personnes ont assisté à un débat sur la culture au Centre de diffusion des arts de la scène Jean-Besré, à Sherbrooke, mercredi soir, où des candidats des quatre principaux partis s'entendaient sur les qualités de la politique culturelle mise de l'avant par le Parti libéral du Québec (PLQ) en juin dernier.

Un texte de Charles Beaudoin

Je ne pensais jamais être encensé dans un débat avec les partis adverses. Tout le monde a reconnu le travail que j'ai fait en tournée de consultations pour la politique culturelle. Mon engagement pris hier [mardi] pour le Musée des beaux-arts de Sherbrooke a été souligné par deux candidates. [...] Ça nous a permis de démontrer que nous, on avait une vision qui faisait consensus, a exprimé l'ancien ministre de la Culture et candidat libéral dans Sherbrooke, Luc Fortin, au terme du débat organisé par le Conseil de la culture de l'Estrie.

Les fleurs ont tout de même été suivies d'un pot lorsque la candidate péquiste dans Richmond, Véronique Vigneault, a déploré que le PLQ ne soit pas en campagne électorale chaque année, faisant allusion aux montants promis au cours des dernières semaines. André Bachand, candidat pour la Coalition Avenir Québec dans Richmond également, a quant à lui laissé entendre que les libéraux avaient pris beaucoup de temps avant de mettre en place leur politique.

L'impatience de la Coalition Avenir Québec n'a jamais été manifestée à l'Assemblée nationale, ni leur intérêt pour la culture. J'ai été 18 mois ministre de la Culture, il y a une période de questions à tous les jours du mardi au jeudi et je n'ai jamais répondu à une question de la CAQ sur la culture. En quatre ans, François Legault n'a jamais posé de questions en lien avec la culture, s'est défendu Luc Fortin.

Je n'étais pas en campagne électorale lorsque j'ai été le premier à dire, à Québec, qu'on devait taxer Netflix, et je n'ai pas attendu d'être en campagne électorale pour être le premier dans l'histoire du Québec à dire qu'il fallait aider les médias à prendre le virage numérique, a-t-il répondu à Véronique Vigneault.

Du rattrapage à faire en région

Christine Labrie, candidate de Québec solidaire dans Sherbrooke, André Bachand, Luc Fortin et Véronique Vigneault devaient répondre à des questions provenant du Conseil de la culture de l'Estrie et du public au sujet des efforts qu'ils consacreraient pour le financement de la culture au Québec et en Estrie, s'ils étaient élus le 1er octobre prochain.

Tant Québec solidaire que le Parti Québécois souhaitent bonifier la politique culturelle s'ils obtiennent le pouvoir. Christine Labrie indique qu'un fonds additionnel de 30 millions de dollars serait notamment créé pour améliorer les conditions des artistes hors de Montréal.

Par rapport à Montréal, qui cannibalise le milieu artistique, vraiment, on a un rattrapage à faire ici et ça transforme tous les autres. Si on veut retenir nos artistes ici, il faut s'assurer qu'il y ait un financement en culture qui soit assez intéressant, mentionne Christine Labrie, qui notait que la culture recevait en moyenne 286$ d'investissements par habitant à Montréal comparativement à 44$ pour l'Estrie.

Si les gens de la culture ont établi des priorités, ont nommé des besoins, c'est certain qu'on va aller dans le même sens que ça. C'est une politique qui sort un peu tardivement, mais qui a un impact réel, parce qu'elle est portée par la communauté, mais on va essayer de la bonifier, de l'amener plus loin, indiquait de son côté Véronique Vigneault, qui se dit aussi particulièrement préoccupée par la rétention des artistes en région.

Les deux candidates souhaitent également voir plus de programmes post-secondaires êtres créés en arts de toutes sortes pour que les élèves sortant de cursus spécialisés puissent développer la maîtrise de leur art sans être forcés de quitter vers la métropole.

Tous les partis ont émis le souhait d'intégrer davantage les arts et la culture à l'apprentissage au sein des écoles primaire et secondaire.

Ne souhaitant pas devancer son chef, François Legault, qui doit dévoiler la politique culturelle de la Coalition Avenir Québec « au cours des prochains jours ou des prochaines semaines », le candidat caquiste dans Richmond, André Bachand, s'est limité à répondre qu'il fallait une meilleure cohésion entre les différents ministères pour favoriser la culture.

M. Legault a été très clair dans toutes ses tournées, que ce soit dans les entreprises ou au niveau de la culture : une des problématiques de fonctionnement du gouvernement du Québec, c'est que les ministères travaillent trop en silos et ne se parlent pas, et ça, il faut absolument que ça arrête. Comme premier ministre, il s'est engagé à avoir un mécanisme obligeant les ministères à partager l'information, résume André Bachand.

La présidente du Conseil de la culture de l'Estrie et animatrice du débat, Sylvie Luce Bergeron, s'est dite satisfaite de l'exercice.

Naturellement, tout n'est pas sur la table. Nous, on va poursuivre. On a quelques jours encore pour pousser la machine et les questions, mais dans l'ensemble, on est très content. On a placé nos pions en quelque sorte, a-t-elle indiqué.

Estrie

Politique provinciale