•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une programmation francophone de choix au Festival du film de Vancouver

Salle de cinéma vide avec deux caméras de télévision.
Point de presse du Festival international du film de Vancouver. Photo: Radio-Canada / Richard Thériault

Le Festival international du film de Vancouver (VIFF) continue de privilégier les festivaliers, évitant les tapis rouges et les paillettes, et la 37e édition ne fait pas exception. L'événement propose une fois de plus une programmation francophone prometteuse.

Le rendez-vous annuel est en fin de cycle du circuit international des festivals. Pour cette raison il n’offre jamais beaucoup de premières mondiales d’importance et peu de grandes vedettes y assistent.

Ce qui est surprenant c’est que malgré les changements technologiques, l’internet et les médias sociaux, s’asseoir dans une salle avec d’autres festivaliers pour partager une expérience est toujours pertinent

Alan Franey, fondateur du festival

Ce qui distingue Vancouver, c’est sa programmation, qui a toujours fait une belle place aux films canadiens et francophones, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs.

Encore un fort contingent québécois

C’est le film The Hummingbird Project du québécois Kim Nguyen qui sera projeté lors de la soirée d’ouverture.

Le cinéaste Jean-Marc Vallée sera honoré lors d’une soirée spéciale, le 2 octobre, où sera projeté le premier épisode de sa nouvelle série télévisée Sharp Object. Le lendemain, il présentera lui-même son long métrage Dallas Buyers Club.

Six autres films québécois sont également au programme, dont Genèse de Philippe Lesage et Les flâneries du voyant d’Aïda Maigre-Touchet, deux réalisateurs qui seront à Vancouver pour rencontrer les cinéphiles.

Selon l'assistante à la programmation canadienne, Mélanie Lemaire, les films québécois de l'édition 2018 ont en commun la force de leurs personnages et la volonté de raconter des histoires qui nous amènent dans l’intimité de ceux-ci.

La francophonie bien représentée

Environ deux douzaines de films ont été sélectionnées lors du Festival de Cannes, ce qui permet au VIFF de compter sur une sélection des meilleurs films de langue française de l’année.

Parmi les projections, soulignons :

  • Double vies d’Olivier Assayas mettant en vedette Juliette Binoche;
  • Le vin se lève, un documentaire de Bruno Sauvard sur le vin naturel;
  • Le grand bal présenté par sa réalisatrice Laëtitia Carton;
  • La douleur, un drame historique sur Marguerite Duras réalisé par Emmanuel Finkiel;
  • Le livre d’image de Jean-Luc Godard.

Pour le programmateur de la sélection internationale, Alan Franey, un des clous du festival sera la série Ondes de choc réalisée par la télévision Suisse-Romande. Elle présente quatre épisodes sur des faits divers qui se sont produits en Suisse. Une série surprenante, originale et pleine de créativité.


AILLEURS SUR LE WEB :

Colombie-Britannique et Yukon

Cinéma