•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que faire des déchets du cannabis?

Des feuilles de cannabis séchées dans un pot.

Seuls les bourgeons de cannabis sont récoltés dans la production de marijuana médicinale.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Radio-Canada

Le producteur albertain de marijuana Atlas Growers a signé un partenariat avec l'Université de l'Alberta pour tenter de résoudre un problème émergent avec la légalisation du cannabis, à savoir la production croissante de déchets organiques.

Un texte de Tiphanie Roquette

L’entreprise, qui commencera la production dans son usine du nord-ouest d’Edmonton à la fin du mois, s’attend à générer son lot de matière organique puisque, dans la culture de la marijuana médicinale, seuls les bourgeons sont récoltés, laissant de côté toutes les fibres des tiges et des feuilles.

Jim Hole se tient debout devant des plantes dans une serre. Il parle au micro.

Jim Hole, propriétaire de Hole’s Greenhouses et vice-président aux cultures à Atlas Growers

Photo : CBC

« Ce résidu restant doit être, soit composté, soit transformé en un autre produit utilisable », explique le vice-président aux cultures à Atlas Growers, Jim Hole.

L’entente permettra aux équipes de deux chercheurs de l’Université d’accéder à l’usine d’Atlas Growers et d’étudier les déchets organiques de l’entreprise en laboratoire.

Ils exploreront notamment la possibilité de transformer cette matière en électricité, mais d’autres avenues seront également étudiées.

La plante parente du cannabis, le chanvre, est ainsi déjà utilisée dans la fabrication de nombreux produits comme des vêtements, des portières de voiture ou des voiles de bateau, rappelle M. Hole.

Nous transformons la notion de déchets en ressources.

Jim Hole, vice-président aux cultures à Atlas Growers

Une quantité inconnue

Santé Canada n’a pas encore répondu à nos questions sur la quantité de matière organique que le pays peut s'attendre à produire après la légalisation du cannabis, ni sur la réglementation qui s’y applique.

Les producteurs de l’État de Washington auraient cependant produit 771 tonnes de résidus depuis 2014, selon les médias locaux.

D’autres industriels s’intéressent aussi à l’utilisation de ces déchets. En décembre, le concurrent Aurora Cannabis a signé une entente avec l’entreprise Micron Waste Technologies pour étudier la transformation de la matière organique restante en eau propre pouvant être réutilisée dans la culture de la marijuana.

Selon Jim Hole, ces techniques de transformation devront cependant être approuvées par Santé Canada avant de pouvoir être commercialisées.

Alberta

Agro-industrie