•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les « candidates santé » confrontent leurs visions

Les candidates des quatre principaux partis débattent sur la santé à l'invitation de la FIQ.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Miser sur les groupes de médecine familiale (GMF) ou sur les CLSC, laisser une plus grande autonomie aux infirmières plutôt que les subordonner aux médecins, abolir ou non le temps supplémentaire obligatoire : ce sont quelques-uns des enjeux qui ont été soulevés lors d'un débat organisé mercredi par la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

Les « candidates santé » des quatre principaux partis en lice pour l'élection du 1er octobre ont croisé le fer à Montréal. Elles ont présenté les positions de leur parti respectif sur les priorités définies par la FIQ.

La candidate du Parti libéral du Québec (PLQ), Gertrude Bourdon, ex-PDG du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec, a dû défendre le bilan du gouvernement sortant et les décisions du ministre sortant de la Santé, Gaétan Barrette. C’est d’ailleurs lui qui devait initialement participer au débat, mais le PLQ a finalement préféré envoyer celle qui est pressentie comme future ministre de la Santé si les libéraux sont réélus.

La candidate dans Jean-Lesage n'a d'ailleurs pas caché son appui à la réforme de Gaétan Barrette. Elle affirme même vouloir la consolider. « Ça ne peut pas prendre trois ans pour faire une réforme comme on est en train de faire au Québec », a dit l'ancienne gestionnaire.

« Mme Bourdon, c'est M. Barrette qui continue », a pour sa part affirmé Danielle McCann, candidate dans Sanguinet pour la Coalition avenir Québec (CAQ).

Le ton n’a jamais monté, même si les autres candidates ont remis en question les décisions de M. Barrette à plusieurs reprises. Mme Bourdon s'est tout de même montrée agacée par les rares attaques qui l'ont visée au cours du débat.

Des professionnels épuisés

Puisque l'événement était organisé par le plus gros syndicat d'infirmières et d'infirmiers au Québec, la question de l'épuisement professionnel dans le réseau de la santé a donc occupé une grande partie du débat.

Mme McCann a notamment déclaré que son parti voulait abolir les heures supplémentaires obligatoires, un enjeu majeur pour les travailleurs de la santé, ce qui n'a d'ailleurs pas manqué de susciter des doutes parmi les internautes qui suivaient la retransmission du débat sur Facebook.

Du côté du PLQ, Gertrude Bourdon est allée dans le même sens que sa collègue. « On devrait avoir éliminé ça complètement d'ici deux ans. C'est gros ce que je vous dis là », a-t-elle affirmé. Elle aussi rappelé qu'au cours de son dernier mandat, le Parti libéral a travaillé à augmenter le nombre d'infirmières par patients.

Diane Lamarre, candidate du Parti québécois, et Vanessa Roy, candidate de Québec solidaire, envisagent quant à elles d’accorder un plus grand rôle aux infirmières praticiennes spécialisées et d’abolir la prime accordée aux médecins pour les superviser, entre autres mesures.

Avec des informations de Davide Gentile

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique