•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un étang à l’eau rougeâtre intrigue à Doaktown

Un petit étang présente une eau complètement rouge à la surface.

C'est lors d'une sortie de pêche que la famille a fait cette découverte.

Photo : Jennifer Meunier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une famille de Moncton a fait une étrange découverte lors d'une expédition de pêche. Un étang près de Doaktown était complètement recouvert d'une mousse gélatineuse. Un phénomène intrigant, qui serait causé par une prolifération d'algues.

L’étang découvert dimanche par Jennifer Meunier et sa famille était recouvert d’une substance rouge, frémissante, semblable à de la peinture.

Lorsqu’ils ont lancé une pierre dans l’eau, un trou béant s’est formé dans la surface rouge, puis s’est aussitôt refermé.

C'était vraiment d'un rouge vif et pétillant. Ça frissonnait au fur et à mesure qu'on s'en approchait. C'était vraiment très étrange.

Une citation de : Jennifer Meunier
Une photo de la surface de l'étang. Quelques bulles sont formées sa surface, mais n'éclatent pas. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des bulles semblaient figées à la surface.

Photo : Jennifer Meunier

La mère de famille a signalé son observation aux autorités provinciales, qui iront sur place recueillir des échantillons.

Une photo de Jennifer Meunier et Siennea Meunier. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jennifer Meunier a fait la découverte avec sa fille Sienna.

Photo : Tori Weldon/CBC

Éclosion

Janice Lawrence, professeure de biologie à l’Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton, avance qu’il s’agit probablement d’une éclosion d’organismes microscopiques.

Ça ressemble à une abondance d'organismes microscopiques à forte densité qui, ensemble, produisent une très grande décoloration et une épaisse écume de surface sur les plans d'eau.

Une citation de : Janice Lawrence, professeure de biologie à l’Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton

Toutefois, sans microscope, il est difficile de savoir ce dont il s'agit, précise-t-elle.

Il pourrait s’agir d’algues ou de cyanobactéries, suggère-t-elle. Ces dernières sont aussi connues sous le nom d'algues bleues. Elles peuvent à l’occasion présenter une pigmentation rougeâtre, comme c'est peut-être le cas ici.

Une photo de Janice Lawrence en train de travailler dans de l'eau verte. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Janice Lawrence, est une professeure de biologie.

Photo : Courtoisie

La biologiste indique que la combinaison de certains nutriments, de certaines conditions climatiques et de certaines températures peut entraîner la croissance soudaine de ces organismes.

La substance peut toutefois disparaître du jour au lendemain lorsque les nutriments sont épuisés, explique-t-elle.

Il y a de fortes chances qu'il n'y ait rien de dangereux pour la population. Cependant, certains organismes peuvent former des éclosions générant des toxines.

Janice Lawrence souligne que les changements climatiques et l’utilisation de fertilisants sont des facteurs qui peuvent provoquer la prolifération de ces organismes.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !