•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Africville : un juge rejette une demande de recours collectif contre Halifax

Un puits contaminé, dans le quartier d'Africville, vers 1965.

Une poursuite de 1996 s'est conclue en 2010 avec une entente, qui a permis à des familles d'Africville de recevoir un dédommagement.

Photo : Nova Scotia Archives/Bob Brooks

Radio-Canada

Un juge de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse rejette une requête de recours collectif concernant l'expropriation de certains terrains d'Africville, l'ancienne communauté noire d'Halifax, dans les années 1960.

Le plaignant, Nelson Carvery, veut obtenir des dédommagements pour la perte d’une zone commune dans le quartier. Il estime qu’environ 300 personnes, d’anciens résidents ou des descendants d’anciens résidents d’Africville, seraient potentiellement admissibles à une indemnisation.

Dans sa décision, le juge Patrick Duncan affirme que la plainte ne respecte pas les critères d’un recours collectif. Selon lui, la superficie et l’emplacement exacts de cette zone commune ne sont pas clairement définis. Il souligne aussi qu’il est difficile de déterminer à quel point chacun des résidents utilisait ce terrain.

Le porte-parole d’un groupe qui souhaite se joindre au recours collectif, Tony Smith, ne croit pas que la décision du juge Duncan met fin à la démarche. Il dit que les avocats présenteront une autre demande afin de répondre aux préoccupations du magistrat.

Ça prend du temps et c’est frustrant, parce qu’on attend depuis plus de 50 ans. Mais on doit s’assurer de le faire correctement, dit-il.

Agriculture et cueillette

Dans sa requête, déposée en novembre 2016, Nelson Carvery expliquait que sa famille et de nombreuses autres utilisaient la zone commune pour l’agriculture, la cueillette de petits fruits et leurs activités récréatives. Il affirmait que son père n’avait jamais accepté de vendre ses terrains à la Ville d’Halifax et n’avait jamais reçu de dédommagement.

La réplique de l'église baptiste d'Africville.

La réplique de l'église baptiste d'Africville, démolie en 1967 en même temps que l'ensemble de la communauté, au nom du renouveau urbain.

Photo : CBC

Les avocats d’Halifax demandaient au juge de rejeter la requête, affirmant notamment que le plaignant n’avait pas précisé les critères pour déterminer qui étaient les résidents touchés. Le juge Patrick Duncan a reconnu qu’il s’agissait d’un problème, parce qu’Africville n’avait pas de frontières bien définies.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Justice et faits divers