•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dossiers de patients consultés sans autorisation : le ministère réagit

Entrée du Sobeys de Greenwood.

Le supermarché Sobeys et la pharmacie Sobeys de Greenwood, en Nouvelle-Écosse

Photo : Radio-Canada / CBC/Paul Poirier

Radio-Canada

Le ministre de la Santé de la Nouvelle-Écosse, Randy Delorey, accepte les recommandations de la commissaire à l'information et à la vie privée relativement à l'accès sans autorisation aux dossiers pharmacologiques de plusieurs dizaines de patients.

La pharmacienne Robyn Keddy, qui était gérante de la pharmacie Sobeys de Greenwood, dans la vallée d'Annapolis, avait usé d'un stratagème pendant 2 ans pour accéder sans autorisation aux renseignements confidentiels contenus dans les dossiers pharmacologiques informatisés de 46 personnes.

Robyn Keddy avait notamment consulté les dossiers de ses collègues, de la petite amie de son enfant, des parents de celle-ci, des professeurs de l'école de son enfant et d'une personne avec qui elle avait été impliquée dans un accident de voiture.

La pharmacienne agissait comme si le système d’information sur les médicaments était un réseau social, avait illustré la commissaire à l’information et à la vie privée, Catherine Tully.

Randy Delorey.

Le ministre de la Santé de la Nouvelle-Écosse, Randy Delorey.

Photo : CBC

Dans son rapport, produit il y a un peu plus d'un mois, la commissaire Tully jugeait que l'enquête commune du ministère provincial de la Santé et de Sobeys s’était avérée inadéquate.

Elle faisait 18 recommandations au ministère, dont celle de rendre l'accès aux données plus difficile et de faire en sorte que quiconque accède à ces données laisse des traces numériques.

Le ministre Delorey affirme que plusieurs des recommandations de la commissaire sont en voie d'être mises en oeuvre.

La pharmacienne a été congédiée par Sobeys au terme de l'enquête.

Avec les renseignements de Marc Babin

Nouvelle-Écosse

Cybersécurité