•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'humanité, toujours aussi sédentaire

Plus du quart de la population mondiale ne bouge pas suffisamment, soit exactement la même proportion qu'il y a 20 ans, constate une étude internationale réalisée pour le compte de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les détails avec Normand Grondin.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus du quart de la population mondiale ne bouge pas suffisamment, soit exactement la même proportion qu'il y a 20 ans, constate une étude internationale réalisée pour le compte de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Malgré tous les efforts déployés pour promouvoir l'activité physique, l’étude menée auprès de 1,9 million de personnes provenant de 168 pays montre que plus de 27 % de la population mondiale ne fait pas au moins 150 minutes d'exercice modéré ou 75 minutes d'efforts intenses par semaine.

Ces données incluent l'activité physique au travail, à la maison, dans le transport et pendant les loisirs.

Le manque d’activité physique est l'un des principaux facteurs de risque de maladies non transmissibles et a un effet négatif sur la santé mentale et la qualité de vie.

Les femmes bougent moins

Les femmes, en général, sont plus nombreuses que les hommes à ne pas atteindre le seuil minimal d'effort dans une semaine. Il existe une différence de plus de huit points de pourcentage entre les sexes (23 % chez les hommes, 32 % chez les femmes).

De grands écarts entre pays

On observe également d'énormes écarts entre les pays. Ainsi, en Ouganda, la proportion est de 5,5 %, alors qu’au Koweït, elle est de 67 %. En outre, il existe un fossé entre pays pauvres (16 %) et pays riches (32 %).

«  »

— Une citation de  Denis Fortier, physiothérapeute et auteur du livre Lève toi et marche

« Dans les pays riches, les gens sont peut-être un peu plus paresseux, dans le sens qu'ils prennent l'auto plus souvent », poursuit le cardiologue.

Des résultats trop optimistes?

Selon le Dr Juneau, l'étude surestimerait le véritable effort fourni par les participants, qui ont simplement répondu à un questionnaire. Au Canada, ce ne serait pas 30 % des Canadiens qui ne font pas assez d'effort, mais bien 50 %.

«  »

— Une citation de  Martin Juneau

Le Dr Juneau affirme que davantage d’efforts doivent être déployés pour contrer le phénomène, un peu à l'image de la lutte contre le tabagisme pour laquelle de gros moyens ont été investis.

«  »

— Une citation de  Denis Fortier

Dix pour cent d'amélioration, c'est précisément la cible que s'est fixée l'OMS d'ici 2025. L'organisation estime que si les tendances actuelles ne sont pas inversées, cet objectif ne sera pas atteint.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...