•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-entraîneur de soccer aurait agressé le capitaine de son équipe

L'accusé regarde vers l'objectif de la caméra à la sortie de la salle d'audience.
Yves Leclerc était l'entraîneur de soccer du plaignant Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le procès d'un ex-entraîneur de soccer de Beauport s'est ouvert, ce matin, au palais de justice de Québec, avec le témoignage de la présumée victime qui a décidé de sortir de l'ombre.

Un texte de Yannick Bergeron

Le plaignant, Alain Fortier, a fondé l'organisme Victimes d'agressions sexuelles au masculin et écrit un livre sur son expérience.

Il a donc demandé à ce que l'ordonnance protégeant son identité soit levée avant de commencer son témoignage contre Yves Leclerc, l'accusé.

Alain Fortier avait 14 ans lorsqu'il a intégré l'équipe de Leclerc, en 1991.

Il n'aura fallu que quelques semaines pour que l'entraîneur le nomme capitaine de l'équipe et le prenne sous son aile.

En plus des entrainements et des matchs, Alain Fortier travaille pour Leclerc à son chalet, où il fait de menus travaux pour un salaire intéressant.

L'entraîneur l'invite également dans des activités où il en aurait profité pour l'agresser sexuellement.

Le plaignant, Alain FortierLe plaignant, Alain Fortier Photo : Radio-Canada

Pendant 10 ans

Le tout aurait débuté par des séances de chamaillage pendant lesquelles l'accusé en aurait profité pour toucher aux organes génitaux de l'adolescent.

Rapidement, la nature des gestes s'est aggravée, passant des séances de masturbation jusqu'à des relations sexuelles complètes.

L'accusé aurait maintenu son emprise sur le plaignant pendant une dizaine d'années.

« C'était mon entraîneur. Il avait une grande influence dans ma vie », relate Fortier qui n'a pas osé porter plainte avant 2015.

Son témoignage va se poursuivre mercredi.

Le procès de Leclerc, aujourd'hui âgé de 63 ans, doit durer toute la semaine.

Déjà condamné

Yves Leclerc a déjà fait une victime.

En 2005, il avait engagé un de ses joueurs pour faire de menus travaux à sa résidence secondaire.

Alors qu'il s'amusait à se chamailler avec l'adolescent de 15 ans, il lui avait saisi le pénis.

Leclerc a par la suite démissionné de son poste d'entraîneur avant d'admettre ses torts devant le tribunal.

Il avait été condamné à respecter les conditions d'une probation.

Québec

Justice et faits divers