•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres arrondissements subventionnent les couches réutilisables

Une fillette d'environ six mois, qui porte une couche lavable, offre son plus beau sourire.
Le programme vise à encourager les familles à réduire l'impact environnemental de leur consommation de produits d'hygiène personnelle. Photo: iStock

Deux autres arrondissements montréalais, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, s'apprêtent à rembourser des couches lavables aux parents de nouveau-nés.

Mais le programme qu'ont adopté mardi soir les élus de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce s'étendra aussi aux serviettes sanitaires réutilisables et aux autres produits d'hygiène féminine durables.

D'une durée prévue de deux ans, ce projet-pilote vise à encourager les familles à réduire l'impact de leur consommation de produits d'hygiène personnelle sur l'environnement, indique un communiqué de l’arrondissement.

Le programme, qui doit débuter à la mi-octobre, est doté d'un budget annuel de 30 000 $.

La mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, rappelle qu'un bébé peut utiliser jusqu'à une tonne de couches jetables, qui peuvent mettre jusqu’à 500 ans à se décomposer dans les sites d'enfouissement.

Mais Mme Montgomery souligne que son arrondissement s'apprête aussi à rembourser en partie les produits d'hygiène féminine durables.

« Des produits réutilisables pour les menstruations, c'est encore quelque chose de très intéressant, non seulement pour la santé, mais aussi pour l'environnement, estime-t-elle en entrevue. Alors on veut encourager les deux. »

Les citoyens pourront se faire rembourser jusqu'à 100 $ par période de deux ans pour l'achat ou la location de couches en tissu ou encore pour l’achat de tissu s’ils préfèrent en confectionner eux-mêmes. Même chose pour les serviettes hygiéniques lavables, les coupes menstruelles, les sous-vêtements de menstruation lavables ou encore les éponges menstruelles.

« Face à la crise actuelle de la gestion des déchets, il faut encourager l'utilisation de produits durables chez toutes les familles, et pas seulement les plus riches », souligne Sue Montgomery.

Le programme prévoit donc une subvention supplémentaire pour les familles à faible revenu. Les montants remboursés seront modulés en fonction des revenus familiaux.

C’est Lionel Perez, conseiller de Darlington, mais aussi chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Montréal, qui est à l’origine de ce projet.

Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension se concentre sur les couches

L'arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension a pour sa part adopté un programme de subvention pour l'achat de couches lavables, en partenariat avec l'organisme Espace-Famille Villeray.

Au cours de la prochaine année, 175 familles de l'arrondissement pourront recevoir 150 $ à l'achat de couches lavables pour les enfants de moins de 12 mois.

Cela « donnera un important coup de pouce aux parents de notre arrondissement qui souhaitent réduire l'empreinte écologique de leur famille », a estimé dans un communiqué Rosannie Filato, conseillère du district de Villeray, soulignant qu'« un enfant consomme entre 5000 et 7000 couches ».

Le programme de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension débutera vendredi.

L'exemple de Verdun

Depuis quelques années, l'arrondissement de Verdun rembourse 100 $ de couches lavables à la cinquantaine de familles qui en font la demande.

La coordonnatrice de la Maison de l'environnement de Verdun, Justine Serrager, constate que ce programme est de plus en plus populaire à Montréal.

« On est quand même souvent contactés sur cette question-là, dit-elle. Hochelaga nous avait contactés. Rosemont nous avait contactés aussi. Les parents se disent peut-être que si ça se fait ailleurs, pourquoi ça ne serait pas dans leur arrondissement? »

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

Grand Montréal

Politique municipale