•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault précise comment il atteindrait la cible de réduction des GES

François Legault parle au micro lors d'une conférence de presse.
François Legault en point de presse à Thetford Mines Photo: Radio-Canada / Mathieu Potvin
Radio-Canada

Un gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) maintiendrait les cibles actuelles de réduction de GES à 37,5 % d'ici 2030. Le chef de la CAQ, François Legault, a précisé mardi après-midi qu'il y parviendrait notamment avec davantage de transport en commun et de transport de marchandises par bateau ou par train.

Un texte de Julie Marceau et Yannick Donahue

« Pour l’instant, on appuie ces objectifs-là [de 37,5 % d’ici 2030 par rapport au niveau de 1990]. Maintenant, je ne suis pas en mesure, dans l’opposition, d’être capable de voir si la tendance est dans la bonne direction. Si elle n'est pas dans la bonne direction, il faudra la corriger », a déclaré mardi François Legault en marge d’une conférence de presse sur les proches aidants, à Thetford Mines.

« Lorsqu’on sera au gouvernement, on pourra voir si la cible de 2030 est réaliste », a ajouté le chef caquiste, qui en a profité pour lancer une flèche à son adversaire libéral.

« Moi, je demanderais plus de transparence à Philippe Couillard sur les objectifs intérimaires, entre autres pour 2020, pour voir comment, lui, peut prétendre qu’il va y arriver », a-t-il indiqué.

Le dernier rapport du Plan d’action sur les changements climatiques 2013-2020, rendu public en mars dernier, indiquait que le Québec accusait un retard pour atteindre les objectifs établis pour 2020.

En après-midi, François Legault a tenu à préciser comment son parti atteindrait les cibles fixées par Québec.

« Aïe, j’ai pas aimé les titres! Ce que j’ai dit ce matin, c’est qu’il y a eu un manque de transparence de la part du gouvernement libéral pour nous dire où on était rendu concernant les cibles », a spécifié le chef.

« On les connaît, les moyens : plus de transport en commun, on veut prolonger le REM, on veut inciter à ce qu’il y ait plus de véhicules électriques, donc, on les connaît, les moyens. Ce que j’ai dit ce matin […] c’est qu’on ne sait pas où on est rendu dans l’objectif de 2030 des réelles cibles atteintes par le gouvernement Couillard », a expliqué François Legault.

Le chef de la CAQ n’a pas voulu s’engager à maintenir les subventions pour l’achat de véhicules électriques et de bornes de recharge.

« Faut voir, il y a des spécialistes qui disent que cet argent-là pourrait être mieux investi. Les 4 milliards qu’il y a dans le Fonds vert sont mal investis, tous les experts le disent », a-t-il affirmé.

Plus de barrages hydroélectriques sous la CAQ

L’hydroélectricité serait l’un des principaux vecteurs énergétiques verts sous un gouvernement caquiste.

« Je pense que c’est le gouvernement de la CAQ qui va en faire plus pour l’environnement, parce que c’est nous qui allons exporter le plus d’hydroélectricité », a soutenu M. Legault.

Le chef caquiste a d’ailleurs annoncé que les Québécois peuvent se préparer à voir la construction de nouveaux barrages hydroélectriques si la CAQ est portée au pouvoir.

« Si on arrive à signer d’autres contrats d’exportation aux États-Unis, en Ontario, au Nouveau-Brunswick, moi, je pense, et j’espère, qu’on va être capables d’aller chercher des ventes additionnelles qui vont nécessiter plus de production », a expliqué le chef.

« Moi, je pense qu’on peut être plus agressifs; j’en ai déjà discuté avec [le PDG d’Hydro-Québec] Éric Martel. Je pense qu'il n’exclut pas la possibilité qu’on augmente beaucoup les exportations d’Hydro-Québec », a-t-il ajouté.

« Une fois qu’on aura signé des contrats à long terme, on pourra regarder la construction entre autres de barrages », a précisé François Legault.

« Est-ce qu’il faut se préparer à ça? » a demandé un journaliste. « Oui, il faut s’y préparer », a répondu le chef.

Couillard prône le développement éolien

Philippe Couillard est entouré de micros et de caméras lors d'une mêlée de presse. Philippe Couillard estime que François Legault a une vision limitée du développement énergétique de la province. Photo : Radio-Canada / Frédéric Deschênes

Philippe Couillard considère que François Legault fait fausse route avec son intention de construire de nouveaux barrages hydroélectriques.

« Ça coûte moins cher acheter de l’électricité d’un parc éolien neuf que d’un barrage neuf actuellement. On est en dessous de sept cents le kilowattheure. Pas 11 cents, comme le dit la CAQ. Il y a une avenue intéressante et, surtout, qui profite aux communautés », a-t-il déclaré.

M. Couillard n’exclut pas la possibilité d’autoriser et de financer la construction de nouveaux parcs éoliens s’il est reporté au pouvoir.

On va regarder les projets. Il faut des projets. Amenez-moi des projets. Montrez-moi que ça bénéficie aux communautés, que ça bénéficie aux communautés autochtones et qu’il y a une part d’exportation là-dedans et on va être très intéressés.

Philippe Couillard, chef du Parti libéral

Le projet Apuiat

Le chef libéral s’est porté à la défense du projet éolien d’Apuiat.

« Le projet Apuiat sur la Côte-Nord, je me dirige là tantôt pour rencontrer les leaders autochtones, c’est très important pour tout ce qui est énergie éolienne au Québec. Si on n’a plus de projets comme cela parce qu’on lève le nez sur l’éolien comme la CAQ le fait, c’est certain que l’avenir n’est pas très rose », a-t-il dit.

Philippe Couillard estime que François Legault a une vision limitée du développement énergétique de la province.

« M. Legault ne comprend pas la révolution énergétique qui est en train de se présenter au Québec, le changement dans la distribution, la vente, le stockage de l’énergie. On arrive à l’ère des nouvelles énergies renouvelables aussi. On arrive à l’ère de l’autoproduction d’électricité. M. Legault ne voit pas cela du tout », a-t-il dit.

M. Couillard a reproché à M. Legault de ne jamais avoir parlé des changements climatiques, du marché du carbone, de la politique de transition énergétique du Québec et du plan de lutte aux changements climatiques du Québec.

Politique provinciale

Politique